XII - Minitel / Télétel / Vidéotex / Audiotel

PAVI / CTA

_____

Historique de la Télématique

1982LogoTeletel

  • 1983Minitel1Irise
  • 1987CampagnePublicitaireMinitel

Il est à noter que la France est et demeurera la locomotive du projet Videotex à la norme Télétel.

4 autres systèmes similaires ont été développés dans le monde :

  • Prestel en Grande-Bretagne,
  • Bildschirmtext en RFA,
  • Telidon au Canada,
  • Captain au Japon.

_____

  • Le 22 avril 1975, lors du Conseil des Ministres restreint, la décision est prise de mandater une personnalité chargée de diriger une Commission qui propose au gouvernement les orientations souhaitables en matière de développement des applications de l'informatique dans notre pays.
  • Le 20 décembre 1976, M. le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing charge M. l'Inspecteur Général des Finances Simon Nora de la rédaction d'un rapport concernant l'informatique dans la société française.
  • Le 20 janvier 1978, M. Simon Nora remet à M. le Président de la République le rapport cosigné avec M. l'Inspecteur des Finances Alain Minc intitulé : L'Informatisation de la Société ; rapport considéré comme fondateur en la matière.
  • Le 27 janvier 1978, est signé un accord à Rennes entre le British Post Office et la Deutsche Bundespost pour élaborer une norme commune qui soit compatible avec la norme Teletex (Franco-allemande) en cours d'élaboration.
    • Cet accord est ensuite dénoncé quelques semaines plus tard par la Grande-Bretagne, pour des raisons de politique intérieure, mais est dans la foulé reconnu et signé par 4 nouveaux pays, après certaines modifications.
  • Les 8 et 9 mai 1978, la première réunion du CCITT se tient à Genève. Il s'agit de la première réunion dont l'ordre du jour soit le Vidéotex. Les premières spécifications sont ainsi élaborées et six pays s'engagent dans l'aventure : France, Suisse, Suède, RFA, Autriche et Norvège. Le texte est publié à la fin 1978 : il s'agit de l'Avis S100 du CCITT.
  • Le 30 Novembre 1978, suite à ce premier accord et grâce à l'implication motivée de M. le Directeur Général des Télécommunications Gérard Théry depuis 1976, le gouvernement français décide de lancer 2 expérimentations en matière de télématique :
    • Télétel 3V à Vélizy,
    • Annuaire Électronique en Ille-et-Vilaine.
    • Ces 2 expérimentations évolueront côte à côte.
  • Le 4 décembre 1978, la marque TELETEL est déposée par la Direction Générale des Télécommunications.
  • Le 2 juin 1979, sont ouverts les chantiers sur le Télétel et l'Annuaire Électronique par M. le Directeur Général des Télécommunications Gérard Théry.
  • En Juin 1979, la société Thomson-CSF est retenue par la Direction Générale des Télécommunications pour fournir les terminaux Télétel expérimentaux à Vélizy.
  • Le 9 août 1979, présentation officielle des futurs terminaux informatiques miniaturisés qui ne s'appellent pas encore Minitel mais Terminal Annuaire Électronique (TAE), à la Direction des Affaires Industrielles et Internationales, à Issy-les-Moulineaux, destinés à consulter le futur Annuaire Électronique projeté pour 1981. (Les modèles présentés sont des prototypes).

1979.08.09PresTerminAnnuairesProtosMinitel

Ci-dessus : présentation de Terminaux prototypes Annuaire Électronique le 9 août 1979 à Issy-les-Moulineaux dans les locaux de la DAII. Photographie AFP/Coll. C. R-V.

_____

  • Début 1980, le CNET fabrique une première maquette de Minitel pour mener des essais de télématique simplifiée.

1980MaquetteTeletelCNET

Ci-dessus : première maquette de terminal Télétel datant de 1980 (pour l'expérimentation de Vélizy Télétel 3V). Photographie PTT - 1980.

Nous pouvons remarquer d'une  part l'aspect très artisanal du boîtier Télétel placé sous le téléviseur de l'expérimentatrice, ainsi que le logo Télécommunications datant du septennat de M. le Président de la République Valéry Giscard d'Estaing.

_____

1980.81PrototypeTeletel3V02

Ci-dessus : autre prototype terminal Télétel. Photographie PTT 1980-81.

_____

  • Le 12 février 1980, par l'Arrêté Ministériel n° 389 de M. Norbert Ségard, la Direction Générale des Télécommunications est réorganisée : il est créé une Direction des Affaires Commerciales et Télématiques (DACT) en vue de structurer de manière efficace le déploiement de la Télématique en France. 
    • Le premier Directeur de la DACT est M. François Henrot.
  • Le 18 février 1980, par Décision Ministérielle n°331 de M. Norbert Ségard, il est créé au sein de la DACT un Service de la Télématique chargé d'organiser la filière Télématique en France. Son responsable est M. Hervé Nora, Ingénieur en Chef des Télécommunications. Les attributions sont les suivantes :
    • organisation d'expérimentations, 
    • étude des besoins de la clientèle, 
    • étude de nouveaux produits et services. 

1980ItwHerveNoraDactServiceTelematique

Ci-dessus : à droite, M. Hervé Nora, Responsable du nouveau Service Télématique créé le 18 février 1980, interviewé par la Revue Française des Télécommunications - Photographie PTT 1980.

_____

  • Le 7 mai 1980, deux groupements industriels sont retenus en vue de l'étude et la réalisation du système de consultation de l'Annuaire Électronique en Ille-et-Vilaine, à la date butoir de Décembre 1981.
  • En Juillet 1980, début de l'expérimentation Annuaire Électronique pour 55 premiers volontaires de Saint-Malo (20 entreprises et 35 particuliers). (Fin de l'expérimentation en Décembre 1982).

1980.07PrototypeMinitelAnnuaireSaintMalo

Ci-dessus : Terminal MINITEL Prototype utilisé par les 55 premiers utilisateurs de France, à Saint-Malo, en Juillet 1980. - (Photographie Bernard Marti, Ingénieur CNET)

_____

  • Le 29 juillet 1980 est lancée une consultation par M. le Secrétaire d’État aux P et T Norbert Ségard destinée à équiper le département d’Ille-et-Vilaine, soit 300.000 foyers, de Terminaux Annuaires Électroniques.
  • En Janvier 1981, une série de 4000 terminaux minitel expérimentaux est mise en fabrication par 4 constructeurs - 1000 chacun : Thomson-CSF, Matra, Télic-Alcatel (CGE) et TRT (Philips).
  • Le 1er janvier 1981, il est créé dans la ville de Rennes par Décision du Secrétaire d’État des PTT n°29 du 13 janvier 1981 la Sous-Direction Maintenance, Exploitation, Gestion, Assistance à la Télématique (MEGAT).
    • Cette sous-direction est déclarée responsable des centres de maintenance centralisée. 
    • La Sous-Direction MEGAT est en outre chargée de participer aux expérimentations, d'assurer la maintenance de deuxième niveau des matériels et logiciels implantés dans le réseau. 
    • La Sous-Direction MEGAT met au point les modes opératoires pour la maintenance de premier niveau et assure leur diffusion.
  • Le 2 janvier 1981, ouverture de la première tranche du Centre Informatique Télétel-Videotex de Vélizy (CITV), capable de traiter 300 appels simultanés, en mettant en relation les abonnés et les serveurs des sociétés ou des organismes proposant des services téléinformatiques. (Le CITV sera définitivement mis hors-service le 14 juillet 1984, la totalité des services ayant migré sur les nouveaux équipements de type Poibts d'Accès Télétel Simplifiés (PATS)).

1981CentreTeletelVelizyVETL

Ci-dessus : vue d'ensemble du Centre Informatique Teletel-Videotex de Vélizy (Code : VETL). Photographie PTT - 1981.

_____

  • Le 15 mars 1981, les premiers raccordements des 2.500 ménages volontaires à Télétel-Vidéotex commencent, (le déploiement complet est achevé en Octobre 1981).
    • Nota : tous les expérimentateurs bénéficient du service Télétel 3V expérimental à titre gratuit (Terminal, Utilisation et Trafic).

1981ExperimentationTeletel3V

Ci-dessus : installation nécessaire lors de l'expérimentation Télétel 3V à Vélizy en 1981. Une console se plaçait sous son téléviseur couleur, et à droite, le clavier de l'appareil que l'utilisateur tenait en main. Produit par Thomson-CSF. À gauche, le téléphone nécessaire pour accéder aux services Télétel (par l'indicatif 612). Photographie PTT.

_____

1981ExperimentationTeletel3V01bis

Ci-dessus : expérimentation Télétel 3V avec matériel identique au cliché précédent. Photographie PTT Juin 1981.

_____

1981ExperimentationTeletel3V01ter

Ci-dessus : Expérience Télétel 3V, toujours avec matériel Thomson - Serveur 3 Suisses. Photographie PTT 1981.

_____

1981ExperimentationTeletel3V02

Ci-dessus : expérimentation Télétel 3V. Nota : des versions légèrement différentes de ces prototypes ont existé. Photographie PTT 1981.

_____

1981ExperimentationTeletel3V03

Ci-dessus : expérimentation Télétel 3V. Nota : des versions légèrement différentes de ces prototypes ont existé. Photographie PTT 1981.

_____

  • Le 1er avril 1981, le premier marché de fabrication en grande série de 300.000 Minitel est remporté par le constructeur Telic-Alcatel.
  • Le 9 avril 1981, le nom de marque MINITEL est déposé par la Direction Générale des Télécommunications, en tant que : 
    • "dispositifs, matériels et systèmes électriques et électroniques pour la télématique, l'informatique et les télécommunications. Tous services rendus à l'aide de ces dispositifs, matériels et systèmes dans le domaine des communications, du vidéotex, de la télématique, de la bureautique, des images fixes ou animées. Création, exploitation et maintenance de réseaux exploitant ces services pour la communication, l'information, les renseignements, l'éducation et les divertissements."
    • La définition nous est donnée dans la Revue Française des Télécommunications n°49 : "Le Minitel est un terminal d'interrogation Videotex interactif autonome. Ce terminal, conforme à la norme Antiope, se caractérise par un encombrement et un poids réduits."
  • En Mai 1981, la Conférence Européenne des Postes et Télécommunications adopte une norme commune Vidéotex pour harmoniser les systèmes en cours de développement en France, en Grande-Bretagne et en RFA.
  • En Mai 1981, 1.400 abonnés volontaires de la Région des Télécommunications de Rennes sont équipés de l'Annuaire Électronique.
    • Nota : tous les expérimentateurs bénéficient du Service Annuaire Électronique expérimental à titre gratuit (Terminal, Utilisation et Trafic).
  • Le 9 juillet 1981 a lieu l'inauguration officielle de Télétel 3V (Vélizy, Versailles et Val-de-Bièvre) par M. le Ministre des PTT Louis Mexandeau. (Cette première expérimentation prend fin le 31 décembre 1982.)
    • La numérotation est alors à 7 chiffres. Elle commence par l'indicatif 612 suivi de 4 chiffres MCDU.
    • Les villes concernées sont exactement : Vélizy, Versailles, Buc, Jouy-en-Josas et Les-Loges-en-Josas.
  • Le 4 février 1982, début de la diffusion grand public des terminaux Minitel dans les zones ouvertes à l'exploitation télématique.

1982MinitelPrototypeCompact

Ci-dessus : présérie de terminaux Minitel compacts, produite par Telic-Alcatel, déployée en Ille-et-Vilaine. Photographie PTT - 1982.

Nota : il s'agit d'un clavier dans l'ordre alphabétique ABCD (et non pas AZERTY).

_____

  • Le 11 février 1982, l'ouverture en présence de M. le Ministre des PTT Louis Mexandeau, de l'expérimentation Telem'Nantes, dans la région de Nantes, constitue la première municipalité à se doter d'un réseau télématique municipal consultable par Minitel par n'importe quel abonné au téléphone, dès le 1er novembre 1983. 10.000 pages écrans étaient emmagasinées en mémoire. (Le serveur fermera le 14 novembre 2005 victime d'internet)

1982PremiersMinitelRadiotechniqueTRT

Ci-dessus : parmi les premières séries de Minitel fabriqués. Il s'agit du Minitel 1  produit par la Radiotechnique - TRT (Groupe Philips).

  • C'est sur la base de ce modèle conçu par Philips que sera commercialisé le Minitel Dialogue, qui possède la particularité supplémentaire de pouvoir dialoguer de Minitel à Minitel par le biais du clavier. 
  • Le Minitel Dialogue sera beaucoup été utilisé par les sourds et malentendants.

Photographie PTT - 1980.

_____

  • Le 28 mai 1982, la Direction Générale des Télécommunications annonce en conférence de presse que l'ouverture du Réseau Télétel national du Videotex sera mis en service au mois d'Octobre 1982. Sont annoncées les conditions tarifaires suivantes :
    • Dans les départements où l'administration propose dès cette date l'Annuaire Électronique, la mise à disposition du terminal Minitel serait gratuite. 
    • La recherche d'un numéro de téléphone dans son propre département serait gratuite. 
    • La recherche d'un numéro de téléphone dans un autre département serait facturée 2 Taxes de Base (soit 1,10 franc).
    • Dans les départements et régions où l'Annuaire Électronique n'est pas encore mis en service, le Terminal Minitel serait proposé à la location pour 70 francs par mois.

    En réalité, il faut se reporter aux Arrêtés Ministériels ultérieurs pour le détail qui ne sera pas tout à fait ce qui est annoncé.

  • Le 30 août 1982, l'Arrêté Ministériel publié au Journal Officiel du 16 septembre 1982 confirme seulement que le Terminal Minitel est loué 70 francs par mois.
    • Il s'agit du premier arrêté qui commence à réglementer le Télétel, et spécifiquement le Terminal. 
    • Le trafic de données n'est pas encore concerné, il reste donc gratuit.
  • Le 1er octobre 1982, le service Télétel Professionnel (Télétel 1) est ouvert dans toute la France métropolitaine (avec des moyens techniques restant à étendre en masse).
    • Ci-dessous : schématisation très simplifiée du Réseau Télétel.

1982ReseauTeletelTresSimplifie

  • Mode d'accès aux Serveurs Télétel :
    • La plateforme Télétel 1 est accessible par le 613.91.55 en Île-de-France à partir du 1er octobre 1982, et par le 16 (3) 613.91.55 en Province.
    • La plateforme Télétel 2 est accessible par le 614.91.66 en Île-de-France à partir du 30 août 1983, et par le 16 (3) 614.91.66 en Province.
    • La plateforme Télétel 3 est accessible par le 615.91.77 en Île-de-France à partir du 18 janvier 1984, et par le 16 (3) 615.91.77 en Province.
    • Dès l'obtention de la porteuse caractéristique (à 2100Hz), l'usager appuie une fois sur la touche Connexion/Fin de son terminal, ce qui lui permet d'accéder à la page d'accueil qui lui permet de composer le nom abrégé au clavier, pour se connecter au serveur voulu.

_____

1982EcranBilanTeletel3V

Ci-dessus : Bilan du Télétel 3V à la fin 1982. photographie d'écran

_____

  • Le 4 février 1983, l'Annuaire Électronique est inauguré par M. le Ministre des PTT Louis Mexandeau, généralisé dans tout le département d'Ille-et-Vilaine.
  • Mode d'accès à l'Annuaire Électronique en 1983 :
    • La plateforme CTA devient accessible par les numéros 311.11.11 et/ou 311.21.11 en Île-de-France à partir du 15 février 1983. (pour la province : information non trouvée. Besoin d'annuaires de province de 1982, 83 et 84 - pages bleues).

1983AnnuaireElectroniqueIlleEtVilaine

Ci-dessus : une utilisatrice de l'Annuaire Électronique en 1983 accessible par le 311.21.11. À noter le T en haut à droite de l'écran d'accueil de l'Annuaire Électronique. Photographie PTT.

_____

  • Le 20 décembre 1983, Télétel et l'Annuaire Électronique sont inaugurés par M. le Ministre des PTT Louis Mexandeau, à l'occasion de leur mise en service, en Île-de-France et en Picardie.
    • Concernant l'Île-de-France, les 3 premières zones desservies par l'Annuaire Électronique sont Évry, Boulogne et le 4ème arrondissement de Paris.Viendront ensuite Saint-Cloud, Suresnes et Nanterre.
    • La généralisation à toute l'Île-de-France est effective au mois de Décembre 1986, ainsi qu'en Province.
  • Au 31 décembre 1983, la France compte 11.000 terminaux Minitel en service, pour 400 services télématiques ouverts au public. Les régions officiellement ouvertes sont alors : Bretagne, Picardie, Île-de-France, Marseille.
  • C'est en Décembre 1983 que paraît la première édition de l'Annuaire Officiel des Services Télétel, chargé de répertorier tous les services disponibles par le Minitel.

1984ActelParisTurgiboRueArchivesMinitel

Ci-dessus : vitrine de l'Agence Commerciale des Télécommunications de Paris-Turbigo (57 rue des Archives) largement consacrée à la promotion du Minitel. Photographie PTT - 1984.

_____

  • Mode d'accès à l'Annuaire Électronique en 1984 :
    • La plateforme CTA devient accessible par le 11 en Île-de-France et en province le 11 mai 1984.

1984EcranAccueilAnnuaireElectronique

Ci-dessus : Écran d'accueil de l'Annuaire Électronique, accessible par le 11 dès le 11 mai 1984. Photographie PTT.

_____

1983EcranAccueilTeletel

Ci-dessus : Écran d'accueil du Télétel. Le terminal Minitel est un modèle Minitel 1 fabriqué par la CIT Alcatel (numéro de nomenclature PTT 721.409L et 721.101J). Photographie PTT.

Nota : le Minitel 1 est toujours présenté à côté d'un téléphone. en effet, son pavé de chiffres ne permet pas de téléphoner. Minitel 1 (et les modèles semi-prototypes précédents) a toujours besoin d'un "auxiliaire téléphonique" pour établir la communication.

_____

Ci-contre le clavier du Minitel 1 de Telic-Alcatel. Photographie PTT - 1983.

1983ClavierMinitel1

_____

Notes

  • Matra produit également produit un Minitel 1, avec un clavier moulé au reste du terminal (donc fixe).
  • Philips, sous l'étiquette RTIC, a produit un Minitel 1, avec un clavier rétractable sous l'écran du terminal (glissière).
  • Les couleurs utilisées sont les mêmes que le Minitel 1 Telic-Alcatel (le plus courant) : le brun et le beige pour la carcasse.

_____

  • Le 31 janvier 1984, un Arrêté Ministériel paru au Journal Officiel le 24 février 1984 précise désormais que pour les zones ouvertes à l'Annuaire Électronique, le Terminal Minitel 1 sera mis à disposition des abonnés qui le désirent sans supplément d'abonnement, (ce qui revient de facto à un prêt de Terminal Minitel à titre gratuit).
  • Le 31 janvier 1984, un Arrêté Ministériel paru au Journal Officiel le 24 février 1984 autorise la commercialisation du Minitel 10, produit par Alcatel.
    • Appareil intégrant un téléphone complet, un répertoire mémoire de 51 numéros. Ce téléphone est relié à l'écran par un câble. La partie Téléphone s'inspire du modèle Fidelio. Il Minitel 10 constitue dès lors le terminal Minitel haut de gamme. Loué 120 francs par mois en 1984, puis 60 francs par mois à partir de 1985 (car ne trouvait pas son public à 120 francs).
    • Au mois d'Avril 1988, le Minitel 10 évolue et devient Minitel 10 Bistandard, qui fonctionne, en plus du mode Télétel, en Mode Téléinformatique ASCII pour permettre un accès aux banques de données professionnelles. Loué 85 francs par mois en zone ouverte à l'Annuaire Électronique, ou 143 francs HT en zone non ouverte.
  • Lien vers les deux arrêtés ministériels du 31 janvier 1984

1985Minitel10

Ci-dessus : Minitel 10. Photographie PTT 1986.

_____

1986Minitel10etMinitel1Telic

Ci-dessus : les Minitel 1 et Minitel 10 de Telic-Alcatel. Photographie PTT.

_____

  • Le 17 juillet 1984, un arrêté ministériel publié au Journal Officiel du 11 août 1984 précise que les deux premières minutes de consultation vers l'Annuaire Électronique sont gratuites, puis que les communications sont facturées une Taxe de Base toutes les deux minutes (120 secondes).
    • Il s'agit du premier arrêté fixant tarification du trafic de données par Minitel.
    • Cette première Taxation de l'Annuaire Électronique est effective le 30 août 1984 - (Télex du 27 août 1984).

_____

1984.11.23TeletelAntenne2

Ci-dessus : reportage sur Antenne 2 du 23 novembre 1984. Christine Ockrent présente le 3615 A2, nouveau site Télétel d'Antenne 2. Au programme... Les Programmes TV, par exemple. Photographie PTT.

_____

1985Minitel1dansLeSalon

Ci-dessous : les Minitel 1 entrent peu à peu dans les salons... Photographie PTT circa 1985.

_____

  • Au 31 décembre 1984, le parc compte 525.000 Minitel en service.
  • Le 23 janvier 1985 se tient le premier forum Télétel-Entreprise. L'événement est organisé par la Direction Opérationnelle et Technique de Paris-Sud, dans la grande salle des fêtes de la Maire du VIème arrondissement de Paris. La DOT s'offre les services de Daniel Bilalian, journaliste d'Antenne 2. Le but est de présenter aux dirigeants d'entreprises et de services publics les produits et service Télétel et  promouvoir leur diffusion.
  • Le 5 mars 1985, un Arrêté Ministériel paru au Journal Officiel du 26 mars 1985 augmente la durée gratuite de consultation de l’Annuaire Électronique et la fixe désormais aux trois premières minutes.
  • Le 7 mai 1985 est mise en service la Banque Nationale de Données de l'Annuaire Électronique, qui permet désormais à n'importe quel abonné pourvu d'un Minitel de pouvoir trouver les coordonnées de n'importe quel autre abonné téléphonique de France (exceptés les abonnés en Liste Rouge). Elle est située à Rennes. Une telle base de données de 23 millions d'abonnés, accessible à tous, est une première mondiale vue sa taille.
  • Au 1er juin 1985, le parc compte 810.000 Minitel en service.
  • Le 18 juin 1985, le Télétel est victime de son succès : une panne géante se produit sur le réseau TRANSPAC qui frôle la limite de charge avec 2,5 millions d'appels journaliers. 
  • Le 12 juillet 1985 verra le retour à la normale, au prix d'une limitation provisoire forcée du trafic et d'installation en urgence de correctifs logiciels dans les commutateurs E10.5. Dans la foulée, plusieurs commutateurs temporels dédiés au Télétel, à Transpac et au Transit sont commandés en plus des commandes prévues au titre de l'année 1985.
  • Le 1er septembre 1985, le parc compte 1.000.000 de Minitel en service.
  • Après le 25 octobre 1985 à 23H00, aux numéros de téléphones longs (à 7 chiffres) utilisés pour accéder aux différents services Télétel déjà ouverts, il est adjoint le chiffre 3, afin de passer cette numérotation au format à 8 chiffres et ce désormais pour toute la France.
    • La plateforme Télétel 1 devient accessible par le 36.13.91.55
    • La plateforme Télétel 2 devient accessible par le 36.14.91.66
    • La plateforme Télétel 3 devient accessible par le 36.15.91.77
    • Mais la refonte du Plan de Numérotage permet de libérer suffisamment de ressources disponibles pour créer une centaine de Numéros Courts à 4 chiffres, au format 36.XY.
      • L'Indicatif téléphonique AB=36 avait été mis en réserve depuis 1976, ainsi était-il un des seuls disponibles au moment du passage à la numérotation à 8 chiffres.
    • Plusieurs numéros courts seront progressivement attribués pour le Télétel et pour l'usage télématique.

1985.10.25AutocollantTeletelNNT2

Autocollant publicitaire valable pour toute la France Métropolitaine (Coll. personnelle)

_____

  • Au 31 décembre 1985, le parc compte 1,5 million de Minitel en service.

_____

Les mois qui suivent le passage à la Nouvelle Numérotation à 8 Chiffres entraînent des conséquences favorables pour le Télétel :


  • Le 15 février 1986 est éditée une cassette audio par l'administration des PTT qui explique l'utilisation du Minitel et des services Télétel, que nous vous proposons à l'écoute.
    • Nota : il y a eu une autre édition de cette cassette, probablement antérieure.

1986.02.15JeDecouvreTeletelK7

  • Le 14 avril 1986 présentation au SICOB du nouveau Minitel 1 Bi Standard (avec norme ASCII) affichage 40 ou 80 colonnes et 7 touches supplémentaires. Loué 85 francs par mois.
  • Le 8 juillet 1986, sont créés les trois premiers Numéros Courts attribués au Télétel : 3613, 3614 et 3615.
    • Les numéros longs à 8 chiffres créés depuis le 25 octobre 1985 sont remplacés à partir de 8H00 du matin. (Ordre Télex Réseau du 1er juillet 1986)
    • Désormais, l'abonné ne compose plus au clavier qu'un numéro de téléphone court de 4 chiffres, au lieu des numéros à 8 chiffres. Ensuite, une fois connecté sur le Réseau Télétel, il lui suffit de taper le nom du service voulu au clavier azerty.
    • Cette aspect plus simplifié pour un accès rapide à une page d'accueil et plus convivial sera bénéfique pour le succès du Télétel.

_____

1986Publicite11EtPagesJaunes

Ci-dessus : Publicité de 1986-1987 des PTT promouvant l'usage des Pages Jaunes et de l'Annuaire Électronique, le 11. Photographie PTT.

_____

  • Au 31 décembre 1986, le parc compte 2 millions de Minitel en service.
  • En Avril 1987 : parc de 2,5 millions de Minitel en France (Info Drif 22 Avril 1987)
  • Le 30 juin 1987,  par arrêté NOR : PTTT8700452A, il est ouvert le Minitel Guide des Services (MGS), qui propose au public des renseignements et des précisions sur la nature des services proposés par chaque service télématique inscrit. Le service est facturé 36,5 centimes la minute, au moyen de l'Unité Télécom périodique indivisible (ce qui revient à payer les 2 premières minutes dès la connexion). L'n y accède par le 3613 MGS, 3614 MGS, 3615 MGS...

1987.06.30OuvertureMinitelGuidedesServices

Ci-dessus : écran d'accueil du Minitel Guide des Services - MGS - en 1990.

_____

  • Le 17 juillet 1987 sont mis en service les Numéros Courts
    • 3616 (Télétel 3 Professionnel),
    • 3617 (Télétel 4)
    • ainsi que l'Indicatif 36.05 qui inaugure les Numéros Verts / Appels Gratuits télématiques (format 8 chiffres).

Ci-contre : un des premiers 36.05 créés en France courant 1987. (par l'Administration des PTT)

1987NumeroVertTeletel3605

_____

  • Au 31 mars 1988, la France compte 4 millions de Minitel en service, pour 10.000 services télématiques ouverts au public.
  • En Avril 1988, sont commercialisés des kits d'émulation de terminaux Minitel à partir de micro-ordinateurs par différentes sociétés d'électro-informatique. Ainsi, il devient dès lors possible de se connecter aux services Télétel et à l'Annuaire Électronique à l'aide d'un ensemble carte enfichable + logiciel, pour un prix plutôt coûteux (de 6000 à 9000 francs).
  • Le 15 février 1989, le Commissaire Roger Le Taillanter vient présenter sur TF1 dans l'émission Ex-Libris son nouveau livre Paris-sur-Vice 2 / Dans l'Enfer du Minitel Rose. Il s'agit là d'une minutieuse enquête à charge menée par ce célèbre Commissaire en retraite de la Mondaine contre le Minitel Rose et tout ce qu'il se cache derrière : trafic, corruption, prostitution, proxénétisme et perversions de tous ordres...
    • Il est à noter que plusieurs personnes aujourd'hui très connues dans le monde des médias et des Télécommunications sont devenues immensément riches grâce au Minitel Rose...

1989.02.15LeTaillanterEnferMinitelRose

Ci-dessus : Commissaire (ER) Le Taillanter sur TF1 dans Ex-Libris le 15 février 1989. Photographie Saradjian/TF1. Coll. C. R-V.

_____

  • Le 4 avril 1989 : commercialisation du nouveau Minitel 12, Ivoire, produit par Alcatel qui remplace le Minitel 10.
    • Toujours avec comme conception, un poste téléphonique haut de gamme associé à un écran séparé ; le tout relié par un câble.
    • Le Minitel 12 possède les fonctions d'un répondeur-enregistreur télématique, équivalent d'un répondeur vocal, qui est interrogeable à distance à l'aide d'un autre Minitel.
    • Pourvu d'une mémoire de 51 numéros téléphoniques ou télématiques.

1993.05Minitel12CouleurIvoire

Ci-dessus : Minitel 12, Ivoire, produit par Alcatel. Photographie FT de 1993.

_____

  • Le 7 novembre 1989 commercialisation du Minitel 2. Le pavé des chiffres permet désormais de composer directement le numéro de téléphone du service Télétel demandé une fois que l'on a pris la ligne à l'aide d'une touche spécifique. Il n'y a plus besoin d'y brancher un téléphone additionnel à cet effet. Numérote en DC ou FV. Loué 20 francs par mois.

1989Minitel2CouleurAnthracite

Ci-dessus : Minitel 2 - Anthracite produit par Philips, avec clavier rétractable sous l'écran. Les premiers exemplaires sont disponibles au début 1990. Photographie PTT.

_____

1990NouveauxMinitel2

Ci-dessus : les nouveaux Minitel 2. À gauche, Minitel 2 anthracite Philips à clavier rétractable à glissière. À droite, Minitel 2 beige-ivoire Telic-Alcatel à clavier pivotant. Photographie PTT.

_____

1990AfficheNouveauxMinitel2

Ci-dessus : affiche publicitaire Nouveaux Minitel 2 France Télécom.

_____

  • Le 23 janvier 1990, présentation au cours d'un salon à Paris Porte de Versailles, du nouveau Minitel 5, gris, produit par Matra Communication. Le Minitel 5 est portatif, avec écran monochrome à cristaux liquide. Il fonctionne sur secteur, sur accumulateurs R6 rechargeable ou sur piles R6.
    • Nota : un premier prototype à cristaux liquides est présenté par le CNET en Novembre 1986 avec un écran de taille plus réduite.

1990Minitel5CouleurGris

Ci-dessus : Minitel 5, gris, portatif, à cristaux liquides, produit par Matra Communication en 1990. Photographie PTT.

_____

  • Le 15 avril 1990, 5 millions de Minitel en France. (InfoDrif 21 avril 1990)
  • Le 5 février 1992, sont proposés deux nouveaux terminaux Minitel Philips à la vente uniquement :
    • Minitel 12 Anthracite, équivalent au Minitel 12 Ivoire produit par Alcatel, mais avec un design épuré et plus moderne, destiné aux catégories supérieures. Vendu 2075 francs.
    • Minitel 2 Gris Clair, techniquement identique au Minitel 2 Anthracite produit par Philips, vendu 1290 francs.

1994Minitel2CouleurBlanc

Ci-dessus : Minitel 2 - Gris Clair, produit par Philips, avec clavier rétractable sous l'écran. Photographie FT 1994.

_____

  • En 1992, le Minitel 2 Anthracite Philips devient le terminal de base et se substitue au Minitel 1 dont cesse la fabrication.
  • Le 6 mai 1992 (ouverture commerciale), ce sont les Commutateurs E10.5 PAVI qui reprennent progressivement l'acheminement des Services du KIOSQUE TÉLÉPHONIQUE, acheminés jusques alors par des Commutateurs d'Abonnés classiques. 
    • Les Services du KIOSQUE TÉLÉPHONIQUE sont en cette occasion renommés AUDIOTEL.
  • En Juin 1992, ouverture expérimentale en Île-de-France du Minitel Photographique. La généralisation est alors prévue d'ici 2 à 3 années. Finalement, l'expérimentation ne sera jamais généralisée.
    • Le Minitel Photographique est capable de transmettre, comme son nom l'indique, de véritables photographies en noir et blanc, grâce à une carte graphique améliorée ainsi qu'une capacité de transmission quadruplée par rapport à un Minitel 1 Standard.

1992.06MinitelPhotographique

Ci-dessus : Minitel Photographique (Prototype) fabriqué par Telic Alcatel. Nous pouvons voir la photo du Président Mitterrand affiché sur l'écran ! Photographie France Télécom.

_____

1992MinitelPhotographique002

1992MinitelPhotographique003

Ci-dessus : exemples d'utilisation du Minitel Photographique comme le Tourisme (Festivités) et l'Immobilier... Photographies France Télécom.

_____

  • En Mai 1993 : présentation d'un prototype de Minitel 12 produit par Philips incluant un Lecteur de Carte A Mémoire (LECAM), destiné aux payements bancaires électroniques via Minitel.

1993.05Minitel12Lecam2IntegrePrototype

Ci-dessus : prototype de Minitel 12 Philips intégrant un Lecteur de Carte A Mémoire (LECAM). N'a pas été commercialisé. Quiconque en possède un détient une vraie rareté. Photographie FT.

_____

  • Au 31 décembre 1993, le parc en service de Terminaux est de 6.300.000 Minitel en France - 110 millions d'heures de connexion et plus de 2 milliards d'appels.
  • Le 15 décembre 1994, sont proposés deux nouveaux terminaux Minitel :
    • Minitel Sillage 2000, qui intègre un téléphone avec fonction main-libre, un minitel avec écran à cristaux liquides et un répondeur-enregistreur numérique vocal, disponible en couleur sable ou bleu marine. Vendu 2190 francs.
    • Minitel Magis, avec écran cathodique monochrome de 7 pouces de diagonale, lecteur de carte à puce intégré, disponible en couleur indigo, anthracite, pourpre, sable, safran ou graphite. Loué 29,50 francs par mois.
  • Le 23 octobre 1995 sont proposés deux nouveaux terminaux Minitel :
    • Minitel Sillage 1000, d'aspect identique au Minitel Sillage 2000, mais dépourvu de répondeur -  enregistreur de messages vocaux. Loué 55 francs par mois ou vendu 1790 francs.
    • Minitel Magis Club, qui conserve le style de finition du Magis, tout en reprenant la forme générale du Minitel 1 de la CIT Alcatel avec écran vertical et clavier articulé, il permet un accès au Télétel à Vitesse Rapide (par le 3623) à une vitesse 8 fois supérieure aux autres terminaux. Loué 55 francs par mois, ou vendu 3300 francs.
  • Le 19 décembre 1995 est mis en service le Numéro Court 3611 pour l'accès à l'Annuaire Électronique, en remplacement du 11. La raison est la nécessité de préparer la création du futur numéro d'appel des urgences en Europe, le 112
    • L'accès à l'Annuaire Électronique par le 11 est maintenu en doublon à titre transitoire jusqu'au 30 novembre 1996, après quoi le 11 est supprimé.
  • Le 15 juin 1998 est proposé un nouveau terminal Minitel :
    • Minitel Sillage 2000 VR, qui intègre en plus du Sillage 2000 les fonctions Télétel Vitesse Rapide (3623), et un Lecteur de Cartes à Mémoire (LECAM) pour le télépaiement, ainsi que les Service Class, Présentation du Numéro par exemple. Loué 50 francs par mois ou vendu pour 1690 francs.
    • Alcatel a produit toute la gamme Sillage.
  • Le 21 septembre 1998 est proposé un nouveau terminal Minitel :
    • Minitel Sillage 1000 VR, qui intègre en plus du Sillage 1000 les fonctions Télétel Vitesse Rapide (3623), et un Lecteur de Cartes à Mémoire (LECAM) pour le télépaiement, ainsi que les Service Class, Présentation du Numéro par exemple. Loué 40 francs par mois.
    • Alcatel a produit toute la gamme Sillage.
  • Fin 2002 il a également existé un terminal Minitel :
    • Minitel Sillage 3000 SMS, dont a été ajoutée la fonction envoi et réception de SMS en repartant du modèle Sillage 1000 VR. 
    • Alcatel a produit toute la gamme Sillage à 350.000 exemplaires, dont le Minitel Sillage 3000 SMS à environ 35.000 exemplaires (Informations communiquées par M. l'Ingénieur Gilbert Guyot chargé du développement du projet Sillage-Alcatel)

  • Le 1er septembre 2007, l’Annuaire Électronique, accessible par le 3611, devient désormais payant dès la connexion. La franchise des 3 premières minutes disparaît. Ainsi, dès la connexion, l'appel est désormais facturé 0,112 euros les 5 premières minutes, puis 0,112 euros toutes les 2 minutes.
    • Le principe de ce changement de tarification avait déjà été autorisé par l'Autorité de Régulation des Télécommunications depuis le 7 décembre 2001 (Avis n° 01-1149), en raison de la nécessité d'équilibrer le coût d'exploitation du service Annuaire Électronique, ce qui n'était plus possible depuis la généralisation de l'émulation du Minitel par ordinateur ; ordinateurs qui étaient pourvus de logiciels qui coupaient systématiquement la consultation en cours juste avant la fin des 3 premières minutes gratuites...

    _____

Ouvertures Techniques Télétel / Videotex et Annuaire Électronique :

informations retrouvées sur pièces à partir du 5 octobre 1982.

  • La Numérotation Minitel des débuts est à 7 chiffres : un indicatif de 3 chiffres suivi de 4 chiffres pour accéder à la page d'accueil, où l'on indique alors le nom abrégé du service télématique souhaité (jusqu'à 5 caractères alphanumériques).
  • Existe déjà Indicatif BPQ 612 TELETEL 3V à Vélizy - Expérimentation en service avant le 5 octobre 1982 (nos archives les plus anciennes retrouvées). 
    • La mise en service de cet indicatif 612 date probablement du 2 janvier 1981.
  • Création Indicatif BPQ 613 TELETEL le 1er octobre 1982 (date ouverture officielle).
    • Porté par PATS implanté sur Commutateur Métaconta 11F Michelet 2 ES1 (CC22) depuis le 25 août 1983 - (Note du 10 août 1983).
    • Porté par PATS implanté sur Commutateur Métaconta 11F Michelet 2 ES1 (CC22) depuis le 1er février 1984.
  • Création Indicatif BPQ 311 pour l'Annuaire Électronique le 15 février 1983. (Numéros initiaux Annuaire Électronique : 311.11.11 et 311.21.11) - (Note de Service du 21 janvier 1983) (ACH391)
  • Création Indicatif BPQ 614 TELETEL le 30 août 1983 - (Note de Service du 9 août 1983).
    • Porté par PATS implanté sur Commutateur Métaconta 11F Nord 5 ES2 (AD16) à sa création.
    • Porté par PATS implanté sur Commutateur Métaconta 11F Michelet 2 ES1 (CC22) depuis le 1er février 1984 - (Télex du 24 janvier 1984).
    • Porté par les E10.5 PAVI de chaque secteur dès leur mise en service progressive (circa 1985/86/87).
  • Création Indicatif BPQ 615 TELETEL le 18 janvier 1984 - (Télex du 10 janvier 1984).
    • Porté par PATS implanté sur Commutateur Métaconta 11F Michelet 2 ES1 (CC22) depuis le 19 octobre 1984 - (Télex du 17 octobre 1984).
    • Porté par les E10.5 PAVI de chaque secteur dès leur mise en service progressive (circa 1985/86/87).
  • Création Numéro Court 11 (Annuaire Électronique) le 11 mai 1984. (remplace les 321.11.11 et 311.21.11 qui sont maintenus provisoirement en doublon)
  • Suppression Indicatif BPQ 311 le 20 novembre 1984 - (Télex du 8 février 1985 le rappelant).
  • Suppression Indicatif BPQ 612 avant le 13 mai 1985 - (Télex du 6 mai 1985).
  • Le 25 octobre 1985 à 23H00, les indicatifs Télétel BPQ 613, 614 et 615 deviennent les Indicatifs ABPQ 3613, 3614 et 3615 ; toujours suivis de 4 chiffres pour accéder au service Télétel souhaité. (Nouvelle Numérotation Minitel à 8 chiffres.)
  • Ouverture du 3615 ( Télétel 3) à La Réunion le 10 mars 1986 - (Télex du 3 mars 1986).
  • Inauguration du Service Télétex entre la France et la RFA le 12 mars 1986.
  • Création Indicatif 3618 Communication de Minitel à Minitel (MIAMI) le 15 avril 1986 - (Télex du 3 avril 1986). Service accessible initialement par le 36.18.91.11.
  • Ouverture du Service Télétex entre la France et la Suisse le 1er mai 1986.
  • Mise en place début Mai 1986, du système SOSAT (Système d'Observation des Services d'Accès Télétel) chargé de fournir en temps réel des indicateurs sur l'indisponibilité totale ou partielle de chaque service Télétel (services appelés à se multiplier).
  • Ouverture du Service Télétex entre la France et la Grande Bretagne et la France et les USA en Mai 1986.
  • Ouverture du Service Télétex entre la France et le Luxembourg en Juin 1986.
  • Création Numéros Courts 3613, 3614, 3615 et 3618 le 8 juillet 1986 - (Télex du 1er juillet 1986).
  • Ouverture du Service Télétex entre la France et la Norvège le 15 juillet 1986.
  • Interdiction des Indicatifs 3615 Télétel et 4369 kiostel le 17 juillet 1986 aux postes d'exploitation des PTT - (Instruction DPR).
  • Ouverture du Service Télétex entre France /Autriche et France / Pays-bas en Septembre 1986.
  • Création du Numéro Court 3621 (Télétel mode ASCII 80 colonnes compatible avec les Minitel Bistandard) le 28 novembre 1986, porté par  PATS Code ASCII implanté sur Commutateur Métaconta 11F Danton 2 ES1 (AB83) - (Télex du 19 novembre 1986).
    • Nota : le 3621 sera étendu sur les PATS récupérés du 3613 basculé sur E10.5 PAVI, à la date du 3 janvier 1988 (Télex du 20 janvier 1988 et Note de Service du 10 janvier 1988).
  • Création de l'Indicatif 3607 le 12 juin 1987 pour le E10.5 PAVI de référence de la Sous-Direction MEGAT basé à Rennes (MG04) - (Télex du 3 juin 1987). Utilisé pour tester les autres E10.5 PAVI de France.
  • Création du Numéro Court 3656 de dépôt de Télégrammes par Minitel le 1er juillet 1987, porté par le Commutateur Téléphonique MT25 Paris Gutenberg 3 ET1 (AC23)  - (Télex du 25 juin 1987).
  • Création des Numéros Courts 3616 et 3617 ainsi que les Indicatifs 3605, 3624, 3625, 3626 et 3627 le 17 juillet 1987 - (Télex du 10 juillet 1987).
    • 3605 : Télétel Libre Appel à 8 chiffres (Numéro Vert - Appels gratuits),
    • 3616 : Kiosque Télématique Professionnel (Numéro Court à Prix Bas),
    • 3617 : Kiosque Télématique Professionnel (Numéro Court à Prix Moyen - en réalité à prix élevé !),
    • 3624, 3625, 3626 et 3627 : Accès Directs à 8 chiffres.
  • Création Indicatif 3622 VIDEOTEX allemand porté par Commutateur MT25 Tuileries 4 ET2 (AE25) le 10 novembre 1987 - (Télex du 10 novembre 1987). L'accès à l'Annuaire Électronique de RFA se fait en composant le 36.22.49.49.
  • Création Indicatifs 3628 et 3629 Kiosque Télématique à Tarif Élevé le 26 novembre 1987 - Accès Directs à 8 chiffres - (Télex du 19 novembre 1987).
  • Reprise du trafic du Numéro Court 3613 Télétel 1 par les E10.5 PAVI (en lieu et place des PATS) à la date du 3 janvier 1988 - (Télex du 20 janvier 1988).
  • Création Numéro Court 3619 PAVI Télétel International Libre Appel le 26 janvier 1988 - (Télex du 20 janvier 1988). L'accès au Télétel allemand y sera rattaché à partir du 21 avril 1994.
  • Ouverture du Service Télétex entre la France et la Belgique en Septembre 1988.
  • Création Indicatif 3612 MINICOM le 12 avril 1990 (en Île-de-France) - (Télex du 4 avril 1990).
  • Création Indicatif 3623 (Millier 1) PAVI Télétel Vitesse Rapide (TVR - 4800 bit/s) le 15 avril 1992 - Accès Directs à 8 chiffres - (Télex du 10 avril 1992).
  • Création Indicatif 3623 (Millier 0) PAVI Télétel Vitesse Rapide (TVR - 4800 bit/s) le 19 mai 1992 - Accès Directs à 8 chiffres - (Télex du 6 mai 1992).
  • Ouverture Numéro Court 3622 PAVI Télétel Accès Numéris (TAN) le 21 avril 1994, qui permet moyennant le raccordement d'un Minitel par une ligne Numéris et d'un équipement terminal spécifique, d'atteindre un débit de 64 kbit/s - (Note ONS du 22 mars 1994).
  • Ouverture Numéro Court 3623 PAVI Télétel Vitesse Rapide (TVR) le 20 septembre 1994 - (Télex du 5 septembre 1994).
  • Création Indicatif 3601 KIOSQUE MICRO le 29 novembre 1994 - Accès Directs à 8 chiffres - (Télex du 17 novembre 1994).
  • Suppression Numéro Court 3621 (Télétel mode ASCII 80 colonnes compatible avec les Minitel Bistandard) et transfert de cette fonctionnalité directement via le 3613 le 1er août 1995 - (Télex du 20 juillet 1995).
  • Création Numéro Court 3611 Annuaire Électronique le 19 décembre 1995 - en remplacement du 11 maintenu en doublon jusqu'en Novembre 1996 - (Courrier du 27 novembre 1995).
  • Suppression Numéro Court 11 le 30 novembre 1996 en vue de la création du Numéro d'Appel des Urgences en Europe 112 le 12 décembre 1996.

Ouvertures Techniques provisoires d'essais sur les Centres Terminaux d'Annuaire et Points d'Accès Videotex Intermédiaires :

Informations retrouvées à partir du 5 octobre 1982.

  • Création Indicatif BPQ 659 et 669 CTA de Paris-Tuileries (TL11) (Concentrateur Terminal Annuaire) pour essais internes PTT le 29 février 1984 (Ordre Téléphonique du 29 février 1984).
  • Suppression Indicatif BPQ 669 CTA le 21 août 1984 (Télex du 17 août 1984).
  • Création Indicatif 519 CTA de Longchamp (LN11) le 14 novembre 1984. (essais internes PTT) - (Télex du 14 novembre 1984).
  • Création Indicatif 319 CTA de Paris-Cévennes (CV11) le 9 janvier 1985. (essais internes PTT) - (Télex du 9 janvier 1985)
  • Création Indicatif 318 CTA du Blanc-Mesnil (BM11) le 20 août 1985. (essais internes PTT) - (Note de Service du 20 août 1985)
  • Création Indicatif 6018 CTA de Massy (MS11) et PAVI de Massy (MSV1) le 23 décembre 1985. (essais internes PTT) - (Note de Service du 23 décembre 1985)
  • Création Indicatif 4718 CTA de Fontenay (FN11) et PAVI de Fontenay (FNVI) le 25 juin 1986 (essais internes PTT) - (Télex du 17 juin 1986)
  • Création Indicatif 4913 CTA de Paris-Bondeville (BD11) le 8 septembre 1986. (essais internes PTT) - (Télex du 4 septembre 1986).
  • Création Indicatif 3017 CTA de Soisy le 2 octobre 1987. (essais internes PTT) - (Télex du 1er octobre 1987).
  • Création Indicatif 4912 CTA de Boulogne-Billancourt (BL11) le 3 décembre 1987. (essais internes PTT) - (Télex du 2 décembre 1987).
  • Création Indicatif 4914 CTA de Paris-Beaujon (BA11) le 21 avril 1988. (essais internes PTT) - (Télex du 19 avril 1988).
  • Création Indicatif 3018 CTA de Vélizy le 27 juin 1988. (essais internes PTT) - (Télex du 16 juin 1988)
    • Après le 27 juin 1988, plus aucun indicatif d'essai n'a été créé.
  • Suppression de tous les Indicatifs d'Essais créés précédemment en Île-de-France le 17 décembre 1990 (Télex du 13 décembre 1990). Fin des essais internes PTT à cette date. (AB.PQ : 4318, 4319, 4519, 4659, 4718, 4912, 4913, 4914, 3017, 3018 et 6018).

_____

Historique du Kiosque Téléphonique

  • Nonobstant la mission principale des Commutateurs E10.5 constituant les accès télématiques au Videotex/Télétel et à l'Annuaire Électronique, les Commutateurs E10.5 sont aussi capables de traiter du trafic voix, avec en plus de bonnes dispositions pour l'acheminement du trafic en masse, y inclus la gestion des taxations les plus complexes et les plus diversifiées que l'on puisse concevoir...
    • Taxation au Quantum (c'est à dire au forfait, à chaque début de communication)
    • Taxation à la Durée par impulsions périodiques, à différentes cadences possibles, et à plusieurs tarifs,
    • Taxation par combinaison au Quantum et à la Durée,
    • Répartition des gains entre l'Opérateur téléphonique et les éditeurs de services privés (à proportion variable suivant les types de services et les conventions signées entre les PTT/France Télécom et les éditeurs de services privés).
  • Mais avant l'utilisation des Commutateurs E10.5 PAVI pour ces services, il est procédé à l'ouverture du KIOSQUE TÉLÉPHONIQUE dès le 11 avril 1984 (dénomination initiale : TÉLÉMICROSERVICE) selon le mode unique et simplifié de la Taxation au Quantum (c'est à dire pour un prix d'appel fixe facturé en début de communication : les fameux 2,19 francs/appel et 3,65 francs/appel - utilisés abondamment par les jeux TV notamment).
    • Le Kiosque Téléphonique débute donc le 11 avril 1984 uniquement en Île-de-France. Il faut attendre l'année 1987 pour que le Kiosque Téléphonique s'implante dans certaines régions : Lille, Lyon, Marseille, Nantes et Bordeaux.
    • En Août 1986, il est notifié par l'Administration des PTT un marché d'études concernant le Kiosque Téléphonique à la société Techniphone, pour la conception d'un prototype d'une machine de diffusion de messages enregistrés, d'une capacité de diffusion simultanée de 320 voies.
    • Lors des débuts du Kiosque Téléphonique en Île-de-France, ce sont d'abord des Commutateurs d'Abonnés classiques qui supportent cette charge, régulièrement croissante : des Commutateurs Métaconta 11F et MT25.
    • Avec ces Commutateurs d'Abonnés déjà occupés à acheminer leurs propres abonnés, il n'est pas possible de créer des modes de taxation trop complexes. 
    • De plus, la charge instantanée, pour les jeux radio et surtout TV à des moments précis, durant des émissions à grande écoute, s'avère tellement lourde qu'il est nécessaire de découper les Indicatifs ABPQ en Milliers séparés, de répartir ces Indicatifs ABPQ  sur plusieurs Commutateurs d'Abonnés à la fois, en ne faisant porter qu'un seul ou deux Milliers de Numéros Kiosque par chaque Commutateur d'Abonnés choisi.
    • Aussi, lorsque le besoin se fera sentir de créer d'autres services (notamment les messageries roses), la nécessité de changer d'architecture deviendra évidente : l'utilisation des E10.5 PAVI dans l'acheminement des nouveaux services Kiosque Téléphonique complexes s'imposera comme la solution la plus logique et rentable... Ce sera le cas à partir du 6 mai 1992.
  • À partir du 6 mai 1992 (ouverture commerciale), ce seront les Commutateurs E10.5 PAVI qui reprendront progressivement cette tâche devenue trop lourde pour les Commutateurs d'Abonnés classiques. Les Services KIOSQUE TÉLÉPHONIQUE sont en cette occasion renommés AUDIOTEL.
    • Sont techniquement créés dès le 15 avril 1992 (et commercialement ouverts le 6 mai 1992) les services AUDIOTEL taxés à la Durée.
    • Sont techniquement repris par les E10.5 PAVI entre le 16 mai 1995 et le 29 février 1996 les services AUDIOTEL taxés au Quantum (portés jusques alors par des Commutateurs Métaconta 11F et MT25 puis tardivement par des E10B3).

Ouvertures Techniques du KIOSQUE TÉLÉPHONIQUE :

Les numéros d'appel des services Kiosque Téléphonique sont des numéros à 8 chiffres (puis à 10 chiffres à partir du 18 octobre 1996 à 23H00).

Ils sont créés initialement en Île-de-France à partir de 1984 avant de commencer leur généralisation à l'échelon national en 1987 :

Ci-dessous : historique le plus complet possible d'Île-de-France. (TB = Taxe de Base entre 1945 et 1986 - UT = Unité Télécom depuis 1987).


Période Pré-E10.5 PAVI :

  • Création Indicatif 369 (Millier 1) (futur 4369 après le 25 octobre 1985) pour le système Télémicroservice, service de diffusion de messages au Quantum 3 TB (futur Kiosque Téléphonique), sur Commutateur Métaconta 11F Ségur 2 ES1 (AD92) le 11 avril 1984 - (Télex du 28 mars 1984).
  • Création Indicatif 4667 Kiosque Téléphonique au Quantum 3 TB, sur Commutateur Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15) le 5 mars 1986 - (Télex des 25 et 26 février 1986).
  • Extension Indicatif 4369 (Millier 6) Kiosque Téléphonique au Quantum 3 TB, sur Commutateur Métaconta Auteuil 2 ES1 (AB15) le 15 juillet 1986 - (Télex 8 juillet 1986).
  • Création Indicatif 3669 (Millier 1) Kiosque Téléphonique au Quantum 3 UT, sur Commutateur Métaconta 11F Ségur 2 ES1 (AD92) le 14 avril 1987 - (Télex des 8 et 9 avril 1987). En équivalence avec le 4369 (Millier 1).
  • Extension Indicatif 3669 (Milliers 3 et 7) Kiosque Téléphonique au Quantum 3 UT, sur Commutateur Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15) le 10 juin 1987 - (Télex du 4 juin 1987). En équivalence avec le 4369 (Milliers 3 et 7).
  • Suppression Indicatif 4667 Kiosque Téléphonique le 9 juillet 1987 - (Télex du 9 juillet 1987).
  • Extension Indicatif 3669 (Millier 5) Kiosque Téléphonique au Quantum 3 UT, sur Commutateur Métaconta 11F Ménilmontant 1 ES1 (AC73) le 20 août 1987 - (Télex du 6 août 1987).
  • Suppression Indicatif 4369 (Milliers 1, 3 et 7) Kiosque Téléphonique le 1er septembre 1988 - (Télex du 18 août 1988). Le 4369 est définitivement remplacé par le 3669.
  • Création Indicatif 3665 Kiosque Téléphonique au Quantum 5 UT, sur Commutateurs Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15) (Millier 6), Ségur 2 ES1 (AD92) (Millier 8), Ménilmontant 1 ES1 (AC73) (Millier 3) ; et sur Commutateur MT25 Molitor 3 ET2 (CC34) (Millier 7) le 30 septembre 1988 - (Télex du 27 septembre 1988).
  • Suppression Indicatif 3669 Kiosque Téléphonique le 3 juillet 1989 - (Télex du 26 juin 1989). Le 3669 est définitivement remplacé par le 3665.
  • Création Indicatif 3668 Kiosque Téléphonique au Quantum 5 UT, sur Commutateurs Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15), Ségur 2 ES1 (AD92), Ménilmontant 1 ES1 (AC73) et sur Commutateur MT25 Molitor 3 ET2 (CC34) le 31 octobre 1990 - (Télex du 29 octobre 1990).
  • Création Indicatif 3666 Kiosque Téléphonique au Quantum 5 UT, sur Commutateurs Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15) (Millier 4), Ségur 2 ES1 (AD92) (Millier 0), Ménilmontant 1 ES1 (AC73) (Millier 3) et sur Commutateur MT25 Molitor 3 ET2 (CC34) (Millier 7) le 23 mars 1992 - (Télex du 17 mars 1992).
  • Suppression Indicatif 3668 Kiosque Téléphonique le 2 avril 1992 - (Télex du 31 mars 1992). Le 3668 est définitivement remplacé par le 3666 en tant que Kiosque Téléphonique au Quantum 5UT.

_____

Période E10.5 PAVI :

  • Création Indicatifs 3664, 3667, 3668 et 3670 Kiosque Téléphonique à la Durée (Audiotel), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 15 avril 1992 - (Télex du 2 avril 1992) - Ouverture Commerciale le 6 mai 1992.
    • 3664 : 1 UT par minute.
    • 3667 : 2 UT par minute.
    • 3668 : 3 UT par minute.
    • 3670 : 12 UT au Quantum + 3 UT par minute.
  • Création Indicatif 3635 Audiotel à la Durée (réservé SNCF), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 9 décembre 1993 - (Télex du 7 décembre 1993).
  • Création Indicatif 3669 Audiotel à la Durée 3 UT par minute, sur Commutateurs E10.5 PAVI le 24 avril 1995 - (Note ONS du 11 avril 1995).
  • Transfert Indicatif 3666 Audiotel Jeux (au forfait), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 16 mai 1995 - (Télex du 5 mai 1995). (Les Commutateurs Métaconta 11F arrivant en fin de vie à moyen terme (1996-2000).
  • Transfert Indicatif 3665 (Millier 7) Audiotel Jeux (au forfait), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 9 janvier 1996 - (Télex du 2 janvier 1996). (anciennement MT25 Molitor 3 ET2 (CC34)).
  • Transfert Indicatif 3665 (Milliers 3 et 5) Audiotel Jeux (au forfait), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 18 janvier 1996 - (Télex du 15 janvier 1996). (anciennement E10B3 Diderot 6 ET3 (AB96)).
  • Transfert Indicatif 3665 (Millier 8) Audiotel Jeux (au forfait), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 25 janvier 1996 - (Télex du 18 janvier 1996). (anciennement E10B3 Brune 3 ET2 (AB44)).
  • Transfert Indicatif 3665 (Milliers 0, 1 et 2) Audiotel Jeux (au forfait, sur Commutateurs E10.5 PAVI courant février 1996 - (Note manquante). (anciennement Métaconta 11F Ségur 2 ES1 (AD92)).
  • Transfert Indicatif 3665 (Milliers 4, 6 et 9) Audiotel Jeux (au forfait), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 29 février 1996 - (Note du 22 février 1996). (anciennement Métaconta 11F Auteuil 2 ES1 (AB15)).
  • Création Indicatif 3636 Audiotel Libre Appel Gratuit, sur Commutateurs E10.5 PAVI le 4 novembre 1997 - (Note du 17 octobre 1997).
  • Création Indicatif 3671 Audiotel Télévote (1UT/appel), sur Commutateurs E10.5 PAVI le 4 novembre 1997 - (Note du 17 octobre 1997).

_____

Période Post-E10.5 PAVI :

La solution de transférer le trafic Audiotel sur les Commutateurs E10.5PAVI a permis la suppression des Commutateurs Semi-Électroniques Métaconta 11F choisis qui supportaient ces services depuis leur création.

  • Le 9 juillet 1997 il est décidé officiellement le transfert à terme de tout le trafic Audiotel supporté par les Commutateurs E10.5 PAVI vers une nouvelle architecture dite "Réseau Intelligent", où désormais le trafic Audiotel sera depuis lors entièrement supporté par les Commutateurs de Transit de type MT20 assurant soit la fonction de Centre de Transit Principal (que l'on dénommait autrefois Centres de Transit Nationaux), soit de Centre de Transit Secondaire (que l'on dénommait autrefois Centres de Transit Régionaux). La majeure partie des Commutateurs de Transit MT20 est retenue pour reprendre l'intégralité du trafic Audiotel.
  • Tous les Indicatifs Audiotel sont concernés par cette migration : (08)3635, (08)3636, (08)3664, (08)3665, (08)3666, (08)3667, (08)3668, (08)3669, (08)3670, (08)3671.
  • Courant 1999, la totalité du trafic Audiotel est basculée sur le Réseau Intelligent via les Commutateurs de Transit Secondaires MT20.
  • De 1999 à 2012, les Commutateurs E10-5 PAVI n'achemineront plus que le trafic Télétel (incluant le trafic Annuaire Électronique).

Structures et Matériels

Emploi des Commutateurs E10.5 dans le réseau français de Télécommunications :

  • Le réseau télématique grand public français est entièrement articulé et construit avec des Commutateurs Téléphoniques spécialisés conçus par la société Alcatel, de type temporel portant la référence Alcatel 1130. 
  • Dans l'Administration leur dénomination est devenue E10.5 (E10 dits de 5ème génération - même s'il ne s'agit pas vraiment de 5ème génération...). 
  • Initialement la dénomination de ce nouveau modèle de commutateur était E10.S (E10 Satellite), renommée en E10.5 pour des raisons commerciales de tentative d'exportation aux USA par Alcatel (E10-Five). 
  • E10.5 est un système développé et mis au point dans les centres de R&D de CIT-Alcatel, à Vélizy en Région Parisienne. Au début des années 1980 est créé au sein de CIT-Alcatel à Vélizy le Groupe Petit Système. Profitant des évolutions mises au point dans le cadre du développement des systèmes E10 précédents (E10N3 et E10N1 en fin de développement) ainsi que du système E12 en fin de développement lui aussi, le E10.5 met en œuvre de nombreux nouveaux concepts et technologiques : 
    • circuits imprimés multi-couches, 
    • système de commande générale répartie en plusieurs Unités de Commandes organisées en réseau, 
    • première vraie utilisation de la gamme de micro-processeurs banalisés Intel 8080, puis 8086, puis 80286, puis 80386 (avec une forte implication des concepteurs américains du Personal Computer)
    • réseau série, à haut débit, en boucle ouverte d'interconnexion temporelle des éléments processeurs (RIT),
    • système modulable et aisément extensible, 
    • fonctionnement en mode dégradé possible, sans blocage important de ressources, 
    • premières utilisations de la norme de signalisations CCITT n°7,
    • fonctionnement en environnement non climatisé, 
    • concept innovant d'architecture logicielle en "Machines Logiques" qui sera repris dans les commutateurs de type E10B3 ultérieurement, 
    • utilisation maximisée des processeurs en tranche, 
    • procédures simplifiées d'installation et d'exploitation...

_____

  • Le système E10.5 a été initialement conçu pour remplacer les commutateurs téléphoniques ruraux de faible capacité de type Crossbar (CP100 et sa variante simplifiée qui n'est pas à autonomie d'acheminement : le Socotel S1) sur le territoire français, il se révèle rapidement, capable d'accomplir des tâches bien plus perfectionnées que de la simple commutation de conversations téléphoniques courantes... La polyvalence de ce système étant due à son architecture répartie et modulable particulièrement évoluée.
  • Un commutateur E10.5 est un commutateur multiservices. Il est utilisable dans les fonctions suivantes :
    • Centre rural d'Attachement d'abonnés à autonomie d'acheminement (USA) sous la dénomination T-SS-5. (En France ce rôle est assuré essentiellement par des E10N3 et E10N1)
    • Centre Téléphonique à Autonomie d'Acheminement (CAA) - Utilisé à Monaco : Monaco 3 (AP01) mis en service en Décembre 1988 - par adjonction d'Unités Terminales de type CSE (telles qu'utilisées dans les E10N1).
    • Expérimentation en Centre de Transit (CT) (Développé en laboratoire au CNET Lannion),
    • Concentrateur de Terminaux Annuaire (CTA / Minitel : Annuaire Électronique) (France),
    • Point d'accès Vidéotex (PAVI /Télétel) (France, Italie),
    • Kiosque Téléphonique / Audiotel (France),
    • Centre de Raccordement Terrestre (E10.5 CRT) : réseau de transmission de données à haut débit basé sur les premiers satellites de télécommunications "Télécom 1" :TRANSCOM, via au moins 3 commutateurs E10.5 dédiés (Marseille, Mulhouse et Rennes)
    • Transmissions de données par commutation de Liaisons Spécialisées TRANSPAC (au moins 1 commutateur E10.5 dédié, implanté à Nice)
    • Utilisé dans le Réseau de téléphonie mobile analogique 1G Radiocom 2000 à quelques exemplaires (5 d'après nos recherches en zones montagneuses) (CORPAC)
  • Concernant la France, au moins 291 commutateurs E10.5 ont été mis en service. 
  • Concernant l'Île-de-France, les premiers E10.5 sont mis en service commercial en 1983-1984, 
    • sur le Centre Téléphonique de "Longchamp" à Suresnes pour l'Annuaire Électronique (CTA) 
    • sur le Centre Téléphonique de "Tuileries" à Paris pour l'accès aux services Videotex (PAVI)
  • Bien que le système E10.5 qui reprend les meilleurs acquis et se projette sur les technologies d'avenir n'ait pas obtenu tout le succès qu'il méritait, il demeure cependant une référence française en matière d'évolution des systèmes de commutation temporelle. La fusion entre CIT et ITT intervenue en 1986 entraîne la regrettable cessation de son développement. 
  • En France, les derniers commutateurs E10.5 sont mis à l'arrêt le 30 juin 2012, entraînant l'arrêt de l'Annuaire Électronique et des services Télétel - Videotex accessibles depuis un Minitel. L'Audiotel est transféré sur une autre technologie dite Réseau Intelligent directement par les Commutateurs de Transit MT20TN.

_____

Séparation des réseaux Télétel - Videotex d'une part et Annuaire Électronique d'autre part :

Dans la Télématique grand public, seuls sont utilisés des Commutateurs Électroniques Temporels du type E10.5.

Dès le début de la création du Télétel, il est alors décidé de spécialiser les Commutateurs E10.5 en 2 catégories distinctes par des configurations logicielles différenciées (bien qu'il s'agisse des mêmes machines matérielles) :

  • Catégorie E10.5 Concentrateur Terminal Annuaire (CTA) assurant l'accès à l'Annuaire Électronique,
  • Catégorie E10.5 Point d'Accès Videotex Intermédiaire (PAVI) assurant l'accès aux services Télétel.

Ainsi, les E10.5 CTA et les E10.5 PAVI cohabitent côte à côte dans les mêmes locaux techniques et accomplissent séparément leurs tâches spécialisées.

SchemaDeBaseAccesTeletelEtAccesAnnuaire

Ci-dessus : Architecture de Principe de la Télématique Commutée en France. 

L'usager a le choix en numérotant, d'accéder à l'architecture Annuaire Électronique par le 11, ou d'accéder à l'architecture Télétel par les Numéros Courts (3615 par exemple).

_____

Architecture propre au réseau Télétel - Videotex :

Le Point d'Accès Videotex Intermédiaire (PAVI) constitue l'élément intermédiaire entre le Réseau Téléphonique Commuté et le Réseau TRANSPAC.

Le PAVI permet donc à un usager d'atteindre des serveurs télématiques à partir d'un terminal installé par exemple à son domicile, ou sur son lieu de travail.

À partir de ces serveurs télématiques, l'usager peut accéder à des banques de données, des systèmes de transaction ou de traitement de l'information.

1983CentreServeurTelematiqueTeletel

Ci-dessus : le Centre Serveur Télématique de données de Valbonne (ouvert depuis le 1er juillet 1979),  devenu accessible par le Système Télétel vers 1983. Les usagers du Minitel se connectant à Télétel, via leur commutateur E10.5 PAVI au réseau TRANSPAC, se voient mis en relation avec le Centre Serveur souhaité : par exemple celui-ci. Photographie PTT.

Nota : les appareils qui ont l'air de lave-vaisselle sont en fait des Disques Durs Magnétiques d'une capacité de 50 Mo environ. Capacité importante à cette époque.

_____

SchemaDeBaseAccesTeletel

Ci-dessus : abonnés connectés aus services télématiques de leur choix, via TRANSPAC et via un Commutateur E10.5 PAVI.

_____

  • Le PAVI permet la communication entre un serveur et un usager, au moyen d'un code d'accès ou d'un numéro TRANSPAC.
  • Le PAVI assure l'assemblage à la norme Transpac des caractères frappés sur le clavier alphanumérique du terminal de l'usager.
  • Le PAVI assure la concentration du trafic en provenance des terminaux qui lui sont raccordés simultanément.
  • Le PAVI assure le retour sur l'écran du terminal de l'usager, en "mode écho", des caractères frappés par l''usager sur son clavier alphanumérique. Ceci permet à l'usager de contrôler la validité de sa frappe et de sa bonne réception au Centre de Télécommunications,avant de valider l'envoi de ses demandes vers le serveur souhaité.
  • Le PAVI doit aussi pouvoir permettre à l'usager de corriger des caractères erronés, tant que la touche envoi n'a pas été appuyée. (Touches Correction, Retour, Sommaire...)
  • Le PAVI assure le désassemblage en caractères des paquets à la norme TRANSPAC en provenance du serveur auquel il est connecté.
  • Le PAVI doit pouvoir signaler à l'usager les incidents de connexion ou de fonctionnant pouvant intervenir au cours de la communication avec le serveur de son choix.
  • Le PAVI assure la rupture de communication en fin d'utilisation, lorsque l'usager appuie une dernière fois sur la touche Connexion/Fin.

_____

Architecture Transitoire Télétel :

  • Au tout début de l'implantation du Télétel en France, les Commutateurs E10.5 dans leur version dédiée PAVI, n'étaient pas encore entièrement mis au point et validés. Il faudra attendre 1984 pour que les premiers E10.5 soient mis en service. Un des premiers E10.5 mis en service en France, sinon le premier est (sous toute réserve) Toulouse E10.5 CTA 1 (TL62) au mois de Janvier 1984.
  • Aussi, en attendant, il a été décidé d'implanter provisoirement des machines simplifiées permettant l'accès aux tous premiers services Télétel et Annuaire Électronique. Il s'agit alors de Points d'Accès Télétel Simplifiés (PATS).
  • Chaque PATS n'autorise que 24 connexions simultanées... Ces machines sont provisoirement "greffées" sur quelques commutateurs téléphoniques locaux (uniquement sur des Commutateurs Électroniques d'abonnés, Temporels ou Spatiaux), si possible près d'un Commutateur de Transit.
    • En effet, ces machines provisoires sont rapidement remplacées par des E10.5 PAVI, capables de bien meilleures performances (jusqu'à 240, 360, 480 voire 660 connexions simultanées suivant les modèles).
    • En outre, le trafic du Télétel 1 (Indicatif 36.13 créé le 1er octobre 1982 devenu Numéro Court 36.13 le 8 juillet 1986) demeure supporté par les PATS jusqu'à sa reprise par les E10.5 PAVI à la date du 3 février 1988. (Pourquoi avoir tant attendu ? Pour amortir les PATS et basculer ce trafic une fois le réseau E10.5 PAVI suffisamment dimensionné.)

_____

Architecture propre au réseau Annuaire Électronique :

  • L'architecture d'accès au système d'Annuaire Électronique a été dissociée dès sa création des autres serveurs télématiques "ordinaires"
  • La structure de l'Annuaire Électronique est alors traitée séparément du reste du trafic Télétel.
  • Des Commutateurs E10.5 configurés en tant que Concentrateurs de Terminaux Annuaires (CTA) sont alors dédiés spécialement à cet usage.
  • Chaque Commutateur E10.5 CTA autorise la connexion simultanée jusqu'à 240 abonnés vers le serveur de l'Annuaire Électronique, et uniquement vers ce serveur.
  • D'un point de vue du Réseau Téléphonique Commuté, l'architecture téléphonique des E10.5 CTA dans le réseau est identique à l'architecture téléphonique des E10.5 PAVI, mais elles sont totalement disjointes. 
  • CTA et PAVI ne mélangent alors jamais leurs appels respectifs. Ainsi, un Commutateur E10.5 CTA n'achemine ses appels que vers le système de l'Annuaire Électronique.

SchemaDeBaseAccesAnnuaire

Ci-dessus : abonnés connectés à la base de donnée de l'Annuaire Électronique, via un Commutateur E10.5 CTA.

_____

Le Concentrateur de Terminaux Annuaire (CTA) constitue l'interface entre le Réseau Téléphonique Commuté et la partie informatique de la Chaîne Annuaire Électronique...

  • Le CTA réalise la gestion des terminaux d'abonnés (Minitel) de son secteur et procède à la concentration des accès en mode asynchrone à la norme V23 sur les liaisons de données.
  • Chaque CTA dessert au minimum sa Zone à Autonomie d'Acheminement (ZAA), voire une Zone de Transit (ZT) en cas de faible densité de population.
  • Les CTA sont reliés au Réseau Téléphonique Commuté via des liaisons numériques MIC normalisées.
  • Les CTA sont reliés au serveurs de l'Annuaire Électronique de l'Administration de sa région par des Liaisons Spécialisées fixes (LS).

Le Centre d'Interrogation (CI)

  • Le Centre d'Interrogation permet le dialogue entre Abonné et Service Annuaire.
  • Le Centre d'Interrogation propose de l'aide aux usagers : il aide l'abonné à formuler correctement et complètement sa demande.
  • Le Centre d'Interrogation vérifie ensuite l'exactitude des informations récupérées et les valide le cas échéant.
  • Le Centre d'Interrogation aiguille les questions posées par l'usager vers les centres gérant le fichier.
  • Le Centre d'Interrogation, en retour, met en forme la réponse sur l'écran de l'abonné.
  • Chaque Centre d'Interrogation dessert jusqu'à 180.000 terminaux MINITEL.
  • Un Centre d'Interrogation est constitué par :
    • 1 Calculateur 32 bit, modèle MINI 6/92 de la compagnie BULL.
    • 1 Mémoire de masse constituée de 2 Disques Magnétiques de 64 Mo (type MCD) et 67 Mo (type SMD).

_____

Le Centre de Documentation Régional (CDR)

  • Le Centre de Documentation Régional supporte une fraction de la documentation annuaire nationale. 
  • Ainsi, au début de l'Annuaire Électronique en France, les abonnés ne peuvent pas avoir accès à toute la France, mais seulement à une fraction du territoire bien plus importante que leur seul département (ce que propose l'annuaire de son département de résidence.)
  • En pratique, il contient les informations de plusieurs départements en mémoire, typiquement les Pages Blanches, les Pages Jaunes et les informations publicitaires correspondant à environ 3 millions d'abonnés pour un CDR d'une capacité de 1000 Erlang, et 6 millions d'abonnés pour un CDR d'une capacité de 2000 Erlang.
  • Chaque Centre de Documentation Régional (CDR), d'une capacité de 1000 Erlang permet le raccordement de 4 Centres d'Interrogation (CI), extensible jusqu'à 8 Centres d'Interrogation (CI) pour un CDR de 2000 Erlang.
    • Nota : à partir de l'été 1984, la capacité des Centres de Documentation Régionaux est systématiquement fixée à 2000 Erlang. Les CDR de 1000 Erlang sont donc progressivement transformés en 2000 Erlang ou supprimés.
  • Au moins 5 CDR ont été prévus en métropole dès la création du projet Annuaire Électronique.
  • Un Centre de Documentation Régional de 1000 Erlang (CDR) est constitué par :
    • 1 Interface FRONTAL CP8 (il s'agit d'un Commutateur de Paquets) qui gère les échanges avec les Centre d'Interrogation (CI) et un autre organe supplémentaire : le Centre de Gestion de la Documentation (CGD).
    • 2 Calculateurs MINI 6/92 de la compagnie CII - Honeywell -BULL fonctionnant en partage de charge (qui constitue une première architecture de sécurisation).
    • 1 Chaîne de Recherche constituée par 2 machines DIRAM 32, de la société Copernique, exploitant des disques durs de grande capacité de 600 Mo. Les DIRAM 32 accomplissant de surcroît certaines tâches qui allègent la charge des Calculateurs.
    • La seconde architecture de sécurisation consiste en un croisement des Calculateurs MINI 6/92 et des machines DIRAM 32 qui assurent la redondance en cas de panne sur l'un des 4 organes.
    • Chaque CDR d'une capacité de 1000 Erlang peut contenir jusqu'à 10 disques durs de 600 Mo chacun. Toujours en nombre pair, étant donné que chaque fichier ou chaque donnée de l'annuaire stocké(e) dans un Centre de Documentation Régional (CDR) est systématiquement dupliqué(e) sur deux disques durs différents. Il s'agit de la troisième architecture de sécurisation.
    • 4 Dérouleurs de Bande Magnétique 6250 bpi.
  • Un Centre de Documentation Régional de 2000 Erlang (CDR) est constitué par :
    • 2 Interfaces FRONTAL CP8 interconnectées, pour permettre l'accessibilité totale des recherches dans tous les organes mémoire,
    • 4 Calculateurs MINI 6/92 groupés par 2, chaque paire de Calculateurs travaillant en partage de charge,
    • 2 Chaînes de Recherche constituées chacune de 2 machines DIRAM 32 de la société Copernique, soit 4 machines DIRAM 32.
    • Chaque CDR d'une capacité de 2000 Erlang peut contenir jusqu'à 20 disques durs de 600 Mo chacun. Toujours en nombre pair, étant donné que chaque fichier ou chaque donnée de l'annuaire stocké(e) dans un Centre de Documentation Régional (CDR) est systématiquement dupliqué(e) sur deux disques durs différents. Il s'agit de la troisième architecture de sécurisation.
    • 8 Dérouleurs de Bande Magnétique 6250 bpi.

1986CentreAnnuaireTeletelMarseille

Ci-dessus : vue du Centre Annuaire Teletel de Marseille, en Janvier 1986. (Centre de Documentation Régional). Photographie PTT.

_____

Le Centre de Documentation National (CDN)

  • À partir de la mi-1984, un Centre de Documentation National (CDN), regroupant l'ensemble des données de tous les annuaires de France est mis en construction.
  • À terme, le Centre de Documentation National (CDN) s'interconnectera avec tous les Centres de Documentation Régionaux (CDR) et permettra à n'importe quel usager de France de rechercher n'importe quel autre abonné au téléphone n'importe où sur le territoire national.

_____

Le Centre de Gestion de la Documentation Régionale (CGDR)...

  • Chaque "Région Téléphonique" est à titre transitoire équipée d'un Centre de Gestion de la Documentation Régionale (CGDR).
  • Chaque Centre de Gestion de la Documentation Régionale (CGDR) assure la mise à jour de la documentation annuaire concernant les abonnés du seul Centre de Documentation Régional (CDR) auquel il est rattaché (et tous deux implantés dans le même local technique).
  • Chaque centre sert de liaison entre le système d'annuaire et les fournisseurs d'informations : Agences Commerciales des télécommunications (ACTEL), Office d'Annonce (ODA) et le Service National de l’Édition des Annuaires des Télécommunications (SNEAT).
  • La périodicité nominale d'actualisation de la base de données est de 15 jours.
  • Une fois mis en fonctionnement le futur Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDN), toute l'activité des Centres de Gestion de la Documentation Régionale (CGDR) sera reprise par ce seul Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDN) et tous les Centres de Gestion de la Documentation Régionale (CGDR) seront démantelés ou recyclés sous forme d'une extension des Centres de Documentation Régionaux (CDR).
  • Un Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDR) est constitué par :
    • 2 Calculateurs MINI 6/92 travaillant en partage de charge,
    • 2 Machines DIRAM 32 de la société Copernique.
    • 8 Disques durs de 600 Mo chacun.
    • 8 Dérouleurs de Bande Magnétique 6250 bpi.

_____

Le Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDN)...

  • La France est à partir du 7 mai 1985 équipée d'un Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDN) situé à Rennes.
  • Le Centre de Gestion de la Documentation Nationale (CGDN) assure la mise à jour de la documentation annuaire concernant les abonnés du Centre de Documentation National (CDN).
  • Ce centre sert de liaison entre la tête du système d'annuaire et les fournisseurs d'informations : Agences Commerciales des télécommunications (ACTEL), Office d'Annonce (ODA) et le Service National de l’Édition des Annuaires des Télécommunications (SNEAT).
  • La périodicité nominale d'actualisation de la base de données est de 15 jours.

_____

Le Centre de Gestion Réseau (CGR) ...

  • Comme sa dénomination l'indique, il s'agit de superviser le fonctionnement en temps réel de l'ensemble du Service de l'Annuaire Électronique. Ce centre a été mis en service après l'année 1984.

_____

Schéma de Principe du Service Annuaire Électronique :

ArchitectureDetailleeAnnuaireElectronique

_____


_____

Transit des communications Télétel-Videotex / Annuaire Électronique :

  • Les communications télématiques commutées via les E10.5 PAVI ou E10.5 CTA de leur zone d'installation sont acheminées au travers du Réseau Téléphonique Commuté par les mêmes Commutateurs de Transit du trafic téléphonique.
  • De manière générale, il est préférable d'installer les commutateurs E10.5 dans les mêmes locaux où est implanté un Centre de Transit Secondaire (Régional ou Urbain)
  • Il est en outre préféré de les installer à proximité d'un Centre de Transit Électronique Temporel, ou si l'on ne peut le faire autrement durant la phase de transition, à proximité du Centre de Transit Électromécanique de la zone devant être mis hors service en dernier.

Commutateurs E10-5 ayant porté les services télématiques Télétel/Videotex/Annuaire Électronique, photographiés par nos soins :

  • À noter l'utilisation des couleurs gris-sombre et bleu-électrique pour le design des bâtis du système E10.5.

2018.04VisiteE10.5Massy

Ci-dessus : Comparaison matériels E10.5 / humain de taille moyenne. Commutateurs E10.5 de Massy. © Photographie  C. R-V. 2018.

_____

2018.04VueGlobale3E10.5Massy

Ci-dessus : vue d'ensemble des trois commutateurs E10.5 de Massy. © Photographie C. R-V. 2018.

_____

E10.5ParisMassyVueEndroit

Ci-dessus : vue de face-gauche d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Massy. Nota : sur ce site, les Disques Durs sont situés dans la baie la plus à gauche, vers le bas (il s'agit des deux blocs avec façade en acier nu). © Photographie C. R-V. 2017.

_____

E10.5PaviMassyVueEndroitBis

Ci-dessus : vue de face-droite d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Massy. © Photographie C. R-V. 2017.

_____

E10.5MassyVueFace

Ci-dessus : vue d'alvéoles d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Massy. © Photographie C. R-V. 2017.

_____

Ci-contre : vue de dos de baies E10.5 PAVI à Massy. © Photographie C. R-V. 2018.


2018.04VueDosTraveeE10.5Massy

_____

E10.5ParisMassyVueEnvers

Ci-dessus : vue de dos d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Massy. © Photographie C. R-V. 2017.

_____

E10.5PaviParisBondeville

Ci-dessus : vue de face-droite d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Paris-Bondeville. © Photographie C. R-V. 2016.

_____

E10.5PaviParisBeaujonVueDemontageEnCours

Ci-dessus : vue en cours de démontage d'un Commutateur E10.5 PAVI - à Paris-Beaujon. © Photographie C. R-V. 2014.

_____

2018.05VisiteBoulogneE10.5

Ci-dessus : auprès des Commutateurs E10.5 de Boulogne-Billancourt. Nota : sur ce site, les Disques Durs sont situés dans la baie la plus à droite, vers le bas (il s'agit des deux blocs avec façade en acier nu)

© Photographie C. R-V. 2018.

_____

2018.04VueCoffreFortBandesE10.5Massy

Ci-dessus : le coffre-fort où étaient stockées sur chaque site Télétel /Annuaire Électronique les bandes, cartouches, mémoires, logiciels et autres informations sensibles des commutateurs E10.5. Cas de Massy. © Photographie C. R-V. 2018.

_____

ImplantationTypeE10.5PAVIetE10.5CTA

Ci-dessus : croquis d'Implantation type de Commutateurs E10.5 PAVI et E10.5CTA dans un même local. Cas du Central Paris-Trudaine en 1996.

_____

Parc de Commutateurs E10.5 en France Métropolitaine :

Toutes époques confondues, ont existé : 

  • France Métropolitaine - 291 Commutateurs E10.5 répartis comme suit :
    • 112 Commutateurs E10.5 CTA,
    • 161 Commutateurs E10.5 PAVI,
    • 18 Commutateurs E10.5 affectés à d'autres usages.

Détail :

  • Paris Intra-Muros - 29 Commutateurs E10.5 répartis comme suit :
    • 13 Commutateurs E10.5 CTA,
    • 2 Commutateurs E10.5 CTA MINICOM (36.12 messages entre Minitel),
    • 14 Commutateurs E10.5 PAVI.
  • Île-de-France 1ère et 2ème couronne - 40 Commutateurs E10.5 répartis comme suit :
    • 15 Commutateurs E10.5 CTA
    • 25 Commutateurs E10.5 PAVI
  • Province - 222 Commutateurs E10.5 répartis comme suit :
    • 82 Commutateurs E10.5 CTA
    • 122 Commutateurs E10.5 PAVI
    • 18 Commutateurs E10.5 affectés à d'autres usages : 2 Commutateurs E10.5 SIGPHONE, 8 Commutateurs E10.5 CORPAC (RADIOCOM 2000), 3 Commutateurs E10.5 CRT (Satellites TELECOM 1), 3 Commutateurs E10.5 TRANSPAC, 1 Commutateur E10.5 BEFA (répondeurs), 1 Commutateur E10.5 Monaco 3 (AP01) - (Téléphonie).

(au dernier recensement mené par nos soins en Mai 2018).

_____

 Architecture et descriptif de fonctionnement des Commutateurs E10.5 :



  • Le E10.5 est un système de commutation téléphonique ou de données à commande répartie entre plusieurs organes différents et spécialisés. Il s'agit d'un système de commutation temporelle.
  • Chaque organe est au minimum dédoublé pour assurer la sécurité du système et ces organes fonctionnent en service normal, en partage de charge.
  • Le Commutateur E10-5 constitue le premier commutateur du monde où les fonctions de commande ne sont désormais plus liées à des organes matériels strictement définis et affectés à un unique rôle. 
  • Désormais les fonctions de commande sont exécutées par des logiciels implantés dans des stations de processeurs banalisés, sous la forme de Machines Logiques (ML).
  • Ces Machines Logiques que l'on puisse caractériser comme virtuelles, n'en accomplissent pas moins un travail bien réel... Ce nouveau concept plus abstrait sera repris dans le futur système de commutation ultérieur E10B3.

Son architecture matérielle est construite sur 3 niveaux :

ArchitectureCommutateurE10.5

Ci-dessus : architecture générale d'un Commutateur E10.5. (Documentation Alcatel)

_____

- (1) Le premier niveau est le système de Commande qui regroupe les Unités de Commande (UC) qui assurent le traitement des communications, la taxation, les accès aux mémoires de masse (qui sont des Disques Durs Winchester), ainsi que la Défense et l'Exploitation du Commutateur.

  • Les Unités de Commande de Données (UCD) sont spécialisées pour le traitement des Communications télématiques Videotex ou téléphoniques du Kiosque Audiotel. (de 2 à 16 UCD par Commutateur E10.5 suivant sa capacité souhaitée)
  • Les Unités de Commande de Signalisation (UCS) sont spécialisées pour le traitement de la Signalisation en code CCITT n°7 (une innovation). (de 2 à 3 UCS par Commutateur E10.5 suivant sa capacité souhaitée)
    • Nota : UCD et UCS sont aussi nommées Unités de Commandes Banalisées (UCB) suivant les documentations.
  • Les Unités de Commande de Périphériques (UCP) sont spécialisées pour l'Exploitation et la Défense du système, la gestion des alarmes ainsi que pour le Dialogue Homme-Machine et l'accès aux Disques Durs avec le reste du système. (4 UCP par Commutateur E10.5 quelle que soit sa capacité)

- (2) Le deuxième niveau est le Réseau de ConneXion interne du Commutateur (RCX) constitué en un Réseau Temporel de type T à un seul étage, de telle sorte que son fonctionnement soit garanti sans blocage : chaque voie entrante trouve une voie sortante. 

  • La capacité maximale du Réseau de ConneXion (RCX) d'un Commutateur E10.5 permet de commuter temporellement jusqu'à 128 Liaisons Numériques MIC normalisées Entrantes de 32 voies chacune vers 128 Liaisons Numériques MIC normalisées Sortantes de 32 voies chacune, soit 4096 voies télématiques entrantes pour 4096 voies télématiques sortantes.
  • Le Réseau de ConneXion (RCX) assure l'établissement, le maintien et la rupture des communications télématiques ou téléphoniques.
    • Pour raison de sécurisation, le Réseau de ConneXion (RCX) d'un Commutateur E10.5 est dupliqué en 4 parties (4 plans numérotés de 0 à 3) afin d'assurer une meilleure protection du Commutateur. En effet, en cas d'avarie sur une des 4 parties du Réseau de ConneXion (RCX), le 3/4 restant indemne peut continuer à fonctionner normalement. Chaque Plan du Réseau de ConneXion (RCX) permet la connexion et le brassage des 128 Liaisons Numériques MIC Entrantes vers 128 Liaisons Numériques MIC Sortantes.
    • Pour raison de sécurisation, chacun des 4 plans du Réseau de ConneXion (RCX) est lui-même divisé en 4 autres parties, appelés "Commutateurs/Marqueurs" (numérotés de 0 à 3). Chaque "Commutateur/Marqueur" permet la connexion et le brassage des 128 Liaisons Numériques MIC Entrantes vers 32 Liaisons Numériques MIC Sortantes. Ainsi, en cas d'avarie d'un "Commutateur/Marqueur", les 3 autres "Commutateurs/Marqueurs" continuent-ils de fonctionner...
    • Ainsi, par ces deux divisions combinées du Réseau de ConneXion (RCX) en 16 parties équipollentes, le système se trouve mieux protégé contre les avaries ou les surcharges d'appels. 

ArchitectureReseaudeConneXionE10.5

Ci-dessus : architecture du Réseau de ConneXion d'un Commutateur E10.5, en configuration maximale, sur 4 Plans et 16 Commutateurs de base. Documentation Alcatel.

_____

- (3) Le troisième niveau est système de raccordement constitué en Groupe d'Unités Terminales (GUT) qui inclut :

  • les Circuits Numériques Voies (CNV) chargés de connecter les Liaisons Numériques entrantes et sortantes au Réseau de ConneXion (RCX),
  • les AUxiliaires MultiFréquences (AUMF) chargés d'émettre ou recevoir les signalisations nécessaires à la bonne coordination et à l'établissement des communications. 
  • les circuits d'essais, circuits de mise en conférence, générateurs de tonalités et diffuseurs de films.
  • l'ensemble des modems de différentes normes nécessaires au traitement des appels de types télématiques (et propres au Télétel) : normes V23, V24, V32, V27ter, V29 et accès normalisés RNIS à 64kbit/s.
  • les Unités de Raccordement d'Abonnés de type CSE (dans le cas d’utilisation en commutateur d'abonnés tel qu'à Monaco - Monaco 3 (AP01)).

_____

- L'architecture matérielle d'un Commutateur E10.5 est contrôlée par un logiciel fonctionnel découpé en plusieurs modules. 

  • Chaque module logiciel constitue une Machine Logique (ML). Fait notable, il s'agit du premier Commutateur Téléphonique Temporel utilisant le concept de Machine Logique (concept repris avec succès dans les futurs Commutateurs E10B3 depuis 1991)
  • Ces Machines Logiques (ML) sont regroupées de manière cohérente suivant leur rôle au sein de groupes cohérents nommés Unités de Reconfiguration Logicielle (URL).
  • Les Unités de Reconfiguration Logicielle (URL) servent dans le cadre du service normal à permettre à chaque Unité de Commande (UC) d'accomplir son rôle dévolu suivant son type prédéfini (UCD, UCP, UCS).
  • Les Unités de Reconfiguration Logicielle (URL) servent, en cas d'avaries d'une ou plusieurs Unités de Commandes (UC), à sauvegarder le fonctionnement global du Commutateur malgré les défaillances : si une Unité de Commande (UC) tombe en panne, les URL (et les Machines Logiques (ML) qu'elles contiennent) se transfèrent d'elles-mêmes sur d'autres Unités de Commandes (UC) de même nature pouvant les accepter, pour que le Commutateur puisse continuer à fonctionner en "isolant" les équipement matériels défaillants. (l'alarme est donnée, ce qui permet aux équipes de techniciens d'agir rapidement pour localiser la panne et revenir dès que possible à une situation normale.)

_____

Convergence Télétel E10.5 PAVI et Annuaire Électronique E10.5 CTA :

  • Progressivement, nécessité se fait sentir de faire évoluer l'architecture du Service de l'Annuaire Électronique (SAE).
    • L'infrastructure du Service de l'Annuaire Électronique date de l'année 1980.
    • Les derniers Commutateurs spécialisés Annuaire Électronique E10.5 CTA sont commandés en 1990 et mis en service en 1992. 
      • Les deux E10.5 CTA mis en service le plus récemment en Île-de-France sont : Beaujon CTA3 le 19 février 1992 (Télex du 10 février 1992) et Trudaine CTA4 le 14 mai 1992 (Télex du 11 mai 1992).
    • Les serveurs Téléinformatiques de l'Annuaire Électronique atteignent désormais un âge canonique, eu égard à la vitesse de l'évolution informatique. 
    • En raison de l'obsolescence des équipements informatiques et des logiciels utilisés, plus aucune amélioration des services n'est désormais possible.
    • La disponibilité des pièces de rechange, la cessation de leur fabrication, l'évolution des langages logiciels font que la vie du système en l'état va devenir erratique à maintenir à terme.
  • Le 20 janvier 1992 au cours d'un colloque, commence la réflexion sur cette évolution structurelle de grande ampleur. 
    • L'ordre du jour en est : la Convergence CTA-PAVI.
    • Il est décidé d'implanter dès 1992 le protocole VIDEOPAD (norme de dialogue des E10.5 PAVI) dans les Centres d'Interrogation informatiques (CI) de l'Annuaire Électronique. Ainsi, désormais les Commutateurs E10.5 PAVI pourront eux aussi "dialoguer" avec les Centres d'Interrogation informatique de l'Annuaire Électronique.
    • À partir de l'année 1992, la croissance du trafic Annuaire Électronique supplémentaire est désormais assurée par les E10.5 PAVI. Le cas se présente cette année-là à Ajaccio et Lyon.
    • À partir de l'année 1993, la croissance du trafic Annuaire Électronique est assurée par les E10.5 PAVI de Besançon, Bordeaux, Dijon, Marseille, Montpellier, Orléans, Strasbourg, Toulouse et Paris. (Il s'agit d'une généralisation de cette technique à toute la métropole.)
    • À partir de l'année 1994, il existe en service 136 Commutateurs E10.5 PAVI et 88 Commutateurs E10.5 CTA. Il est envisagé de transformer la totalité des 88 Commutateurs E10.5 CTA en E10.5 PAVI pour harmoniser la structure en n'en faisant plus qu'une.
    • Lorsque les 88 Commutateurs E10.5 CTA seront convertis en Commutateurs E10.5 PAVI, il est envisagé :
      • Pour les zones à fort trafic : de spécialiser une partie des Commutateurs E10.5 PAVI en Trafic Télétel et l'autre partie des Commutateurs E10.5 PAVI en Trafic Annuaire Électronique. Cette spécialisation permet d'optimiser le rendement de chaque Commutateur en les mettant en charge de manière optimale.
      • Pour les zones à faible trafic : d'acheminer par le(s) même(s) Commutateur(s) E10.5 PAVI les trafics Télétel et Annuaire Électronique simultanément via le Réseau Commuté X25.
    • La totalité du trafic acheminé par les Commutateurs E10.5 CTA est de 12.000 Erlang qui devront être réacheminés par les Commutateurs E10. PAVI ainsi que par le Réseau Commuté par Paquets TRANSPAC.
  • Le 4 mars 1994, le principe de transformation des Commutateurs E10.5 CTA en Commutateurs E10.5 PAVI est validé par France Télécom. La conversion s'effectuera en 2 lots : 
    • Le 1er lot de 61 Commutateurs E10.5 CTA sera converti en E10.5 PAVI à l'échéance du 31 décembre 1995.
    • Le 2ème lot de 20 Commutateurs E10.5 CTA sera converti en E10.5 PAVI à échéance du 31 juillet 1996.
    • Chaque Direction Régionale de France Télécom doit choisir son scénario, suivant le nombre de Commutateurs E10.5 en service et son trafic moyen à écouler.
    • Tous les E10.5 CTA doivent être convertis en E10.5 PAVI pour le mois de Septembre 1996 pour préparer l'arrêt total des acheminements affectés au 11 pour les réutiliser pour le futur Numéro d'Appel des Urgences Européen le 112.
  • Le 28 mars 1994, la société Alcatel est sollicitée pour réaliser les études de faisabilité de conversion et fournir les devis.
  • Le 30 octobre 1994, les choix technologiques sont validés, au niveau de la partie télématique. (changements ou modernisation des serveurs, extensions etc...)
  • Novembre 1994,  pour une durée de 3 mois, les E10.5 PAVI de Bordeaux et le Centre d'Interrogation (CI) de Massy sont choisis pour expérimenter la mise en trafic réel entre E10.5 PAVI et CI.
  • Le 26 décembre 1994, le marché de convergence E10.5 CTA / E10.5 PAVI est notifié par France Télécom à la société Alcatel.
  • Au 31 décembre 1994, le Trafic Télétel atteint 87 millions d'heures pour 1200 millions d'appels,
  • Au 31 décembre 1994, le Trafic Annuaire Électronique atteint 23 millions d'heures pour 780 millions d'appels.
  • Fin Février 1995, il est procédé au bilan des sites prototypes convertis.
  • En Septembre 1996, ce sont finalement en tout 81 Commutateurs E10.5 CTA qui sont transformés en 47 Commutateurs E10.5 PAVI. À cette date, tous les Commutateurs E10.5 en service en France sont des E10.5 PAVI.

_____

Documentations / Brochures Télétel :

_____

Épilogue du Télétel :

  • Après 2005, détrôné progressivement par Internet, le Télétel se retrouve progressivement marginalisé... 
    • Le Télétel est de plus en plus considéré comme un Internet lent et bien moins perfectionné, comparé à lui (bien qu'étant bien plus sécurisé et fiable)
    • Aussi, il ne pouvait plus être possible de maintenir indéfiniment un réseau spécifique et un ensemble de commutateurs frôlant la trentaine d'années de service.
  • Le 1er décembre 2009, le nouvel arrêté ministériel (NOR : INDI0928051A) portant désignation de l'opérateur chargé du service universel n'oblige désormais plus France Télécom à fournir l'accès à son réseau TRANSPAC X25.
  • Le 29 janvier 2010, France Télécom Orange annonce par Communiqué de Presse :
    • 1) - la fin de commercialisation aux nouveaux clients du réseau TRANSPAC X25 pour le 31 juillet 2010,
    • 2) - la fermeture technique définitive au 30 septembre 2011. L'arrêt du Réseau TRANSPAC X25 supportant entre-autres le Télétel, cet arrêt revient à arrêter le Télétel au 30 septembre 2011.
    • - Mais suite aux réclamations de certains éditeurs télématiques, la fermeture du Télétel est suspendue in-extremis le 20 juillet 2011 pour permettre aux clients de se tourner vers Internet d'ici la mi-2012. (source Le Monde du 21 juillet 2011)
  • Le 20 juillet 2011, Orange reporte l'arrêt du Service Minitel en procédant ainsi :
    • arrêt de commercialisation aux nouveaux clients à la date du 1er mars 2012,
    • arrêt de la location-entretien de tous les Terminaux Minitel à la date du 7 mars 2012,
    • arrêt technique définitif du Service Minitel à la date du 30 juin 2012.
    • (pas de communiqué de presse Orange archivé ni retrouvé à ce jour.)


  • Le 29 juin 2012, M. Gérard Théry, Directeur Général des Télécommunications contemporain de l'avènement du Minitel donne une interview au média Économiematin.fr à la veille de l'arrêt définitif du Télétel en France.
    • Retrouvez-là ci-dessous :

_____

2012.06.30ArretServiceTeletel



Histoire des Télécommunications Françaises © Claude Rizzo-Vignaud, 8 juillet 2018.

compteur.js.php?url=shaOq97LENI%3D&df=XQ