XIII - Début progressif du maillage téléphonique en France

Il faut bien intégrer le fait qu'aux débuts du téléphone en France en 1879, chaque canton, chaque ville, chaque village se débat dans le millefeuille administratif, bancaire et politique en faisant jouer ses réseaux d'influence pour trouver des financements, via l'impôt, l'emprunt bancaire ou par le système de l'avance remboursable mis en place par l'arrêté du 29 juin 1899 pour faire construire son réseau local téléphonique dans son "pays".

Des départements ou encore des mairies, voire des groupes d'abonnés fortunés avancent une somme d'argent qui permet de construire le réseau local, puis se font rembourser par l'État en ne payant pas leur abonnement annuel et les consommations pendant plusieurs années.

Il y a une anarchie totale que l'administration des P&T tente de réguler et d'harmoniser techniquement et réglementairement :

- La loi de finances du 30 juin 1923 (art. 70 à 79) (BO P&T 1923 n°15 page 307) dote les P&T d'un budget annexe qui permet sensiblement l'accroissement d'autonomie et de souplesse budgétaire qui aboutit à un net accroissement du nombre d'abonnés au téléphone dès 1925. Cette loi permet à l'Administration de financer de plus nombreux projets et d'étendre le réseau téléphonique global. 

- La loi de finances de 1926 (art.97) durcit les sanctions contre les fraudeurs et les installations dites irrégulières.

- L’État, même si la situation est très embrouillée, se préoccupe très tôt de développer les liaisons téléphoniques entre villes, et entre villes éloignées par de grandes distances. Il y a là un impératif de développement du territoire à assurer, la France étant encore un pays très rural au début du XXème siècle.

  • Le service des Lignes Souterraines à Grande Distance (LSGD) de l'administration des P&T est institué (créé) en service autonome par décret du 9 novembre 1911. (Nota, en 1911, il ne s'agit que de lignes souterraines télégraphiques.)
  • Le Service-École de constructions de lignes aériennes et aéro-souterraines est créé par arrêté du 6 juin 1914, afin de former suffisamment de personnels de manière harmonisée, notamment sur les techniques du câble plomb.
  • La première liaison interurbaine téléphonique à grande distance (manuelle) entre Paris et Strasbourg est commandée le 7 septembre 1923, mise en construction dès septembre 1923 et livrée en ordre de marche en avril 1926 et ouverte à l'exploitation le 9 août 1926.
  • Liste des ouvertures à l'exploitation téléphonique des premières liaisons interurbaines manuelles entre 1926 et 1939 au départ de Paris.
  • Rapport LSGD sur les dommages de guerre 1940-45 subis par le réseau français.
  • Le service des LSGD est par la suite renommé service des Lignes Grande Distance (LGD) par décision n° 5079 du 23 septembre 1957. (En effet, l'arrivée des liaisons téléphoniques depuis le début des années 1950 par faisceaux hertziens nécessitait un ajustement de la dénomination.)
  • Le service des LGD  prend ensuite la dénomination de Direction des Télécommunications du Réseau National (DTRN), par décision n° 1678 du 5 juillet 1972.
  • La DTRN est ensuite subdivisée en 5 échelons déconcentrés appelés Directions Opérationnelles des Télécommunications du Réseau National (DOTRN), Lyon, Metz, Nantes, Paris et Toulouse, par arrêté n°787 du 2 mars 1978.

_____

Soulignons les efforts titanesques qu'il a fallu pour concevoir puis construire des bâtiments téléphoniques de grande solidité, des commutateurs complexes et très lourds (où fait notable, beaucoup de dames sont employées notamment pour les soudures des imposants câblages), des installations téléphoniques diverses ainsi que la pose des lignes locales ou interurbaines, qu'elles soient aériennes ou souterraines par les équipes des services des lignes des P&T, où à cette époque n'existaient ni les pelleteuses ni les nacelles motorisées, et ou tout était creusé à la pelle et la pioche et posé à bras d'hommes.

Nous pouvons constater que nos aînés s'étaient alors lancés dans une aventure gigantesque voire même déraisonnable, mais ils eurent le courage de le faire pour ouvrir la voie avec le peu de moyens techniques, industriels et financiers dont ils disposaient, mais avec leur courage pour relever le défi et faire évoluer la France et ses contrées lointaines ainsi que le monde.

Ainsi, dès 1930, la circulaire n°2918 E. Tp. du 7 octobre (BO PTT 1930 n°23, page 929) définit et commence à organiser pour la première fois en France le Service Universel et Permanent.

« On dit que le service téléphonique est universel et permanent quand il permet à toute heure l'échange de conversations entre deux postes téléphoniques quelconques.»

La circulaire prévoit un délai de 5 ans pour généraliser le Service Universel en France, mais en réalité il faudra plusieurs décennies pour y parvenir.

BO PTT 1930 N° 23 incluant Circulaire n°2918 du 7 octobre 1930 Service Universel



­

Histoire des Télécommunications Françaises © Claude Rizzo-Vignaud, 10 juin 2017.

compteur.js.php?url=shaOq97LENI%3D&df=pP